ZOO

Le blog de Charlotte

couverture de l'album Le blog de Charlotte

Éditeur : Bamboo

Scénario : Béka, Grégoire Mabire

Collection : Fille

Public : Tout public

Prix : 14.90€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

4.0

Les déambulations virtuelles de Nina et ses copines prennent une teinte plus sombre dans Le Blog de Charlotte. Dans cette BD jeunesse, le duo BeKa et le dessinateur Grégoire Mabire alertent avec une certaine habileté sur les défis malsains des réseaux sociaux.

Les vacances de Noël approchent, apportant leur lot de joie à tout le monde sauf Charlotte. Depuis que son amie Nina est avec Rafaël, la collégienne se sent mise à l’écart. Voulant se faire de nouveaux amis, elle ouvre un blog. Entre deux publications de recettes au chocolat, elle reçoit un message de Sandro, un mystérieux internaute. Entre eux, des liens vont se tisser, mais ces derniers ne seraient-ils pas infestés d’épines ?

Si Le Blog de Nina donnait une image positive d’Internet, Le Blog de Charlotte révèle ses plus grands dangers, qui rappellent le Blue Whale Challenge. Signalé en France en 2017, ce mouvement livre des adolescents à des défis progressivement malsains, allant jusqu’au suicide.

Phénomène macabre ou légende urbaine, Blue Whale Challenge entretient la polémique sur ces jeux mortels qui circulent sur les réseaux sociaux. De quoi inspirer la plume du duo BeKa, qui montre comment la fragilité d’une personne peut être manipulée. Une dynamique bien transposée entre Charlotte et Sandro, où se mêlent séduction et pression. Toutefois le scénario évite les détails trop sordides et offre même un dénouement heureux...

Cette fin permet d’offrir un message optimiste aux jeunes lecteurs, que Grégoire Mabire porte par son dessin. Les scènes réelles se superposent aux conversations virtuelles pour mieux faire ressentir les tourmentes de l’héroïne. La palette du dessinateur varie les ambiances, sans oublier le trait rond et frais qui fait le charme de cette série jeunesse.

Le Blog de Charlotte reste une bonne alerte sur la cybercriminalité, qui doit toutefois être suivie de discussions et d’éclaircissements.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants