ZOO

La Lucha, chronique d'une révolution sans armes au Congo (Avril 2018)

couverture de l'album La Lucha, chronique d'une révolution sans armes au Congo

Éditeur : La Boîte à Bulles

Collection : Contre Cœur

Genres : Documentaire BD

Prix : 14.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

3.5

Sous les plumes de Justine Brabant et Annick Kampang, se révèle l'histoire de la Lucha, rassemblement citoyen pacifiste né en République démocratique du Congo en 2012, de ses luttes pour un meilleur accès aux ressources, comme pour les droits humains. Une BD puissante qui met en lumière un mouvement et des événements par trop ignorés.

Avez-vous entendu parler de la Lucha ? Abréviation de Lutte pour le Changement, elle naît à Goma, lors d'une pénurie d'eau non prise en charge par le gouvernement, que la population a dû résoudre par ses propres moyens. Par la suite, ce mouvement non-violent et apartisan se distingue par ses actions citoyennes en faveur des droits civiques, du respect de la constitution, d'un meilleur accès à l'éducation, ainsi que par ses critiques de la corruption omniprésente. L'organisation n'a pas ni chef, ni hiérarchie et se concentre sur des actions positives, de proximité, pourtant, nombre de ses membres seront arrêtés sans raison, emprisonnés, voire torturés.

La BD, publiée en collaboration avec Amnesty International, retrace la naissance de la Lucha à travers de courts chapitres, s'arrêtant parfois sur quelques figures majeures. Elle relate ses combats les plus décisifs et évoque également ses homologues burkinabé, le Balai citoyen, et sénégalais, Y'en a marre. Les différentes parties, courtes et efficaces, prennent également le temps de fournir des éléments de contexte. Le trait, proche du dessin de presse, rend l'ensemble plutôt sobre et se met entièrement au service du propos, le découpage accentuant discrètement les effets du texte.

Petite, courte et austère, Lucha, chronique d'une révolution sans armes au Congo n'en est pas moins une BD de vulgarisation salutaire et un ouvrage journalistique précieux.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants