ZOO

Puisque c'est ça, je pars !

couverture de l'album Puisque c'est ça, je pars !

Éditeur : L'école des loisirs

Scénario : Yvan PommauxDessin : Yvan Pommaux

Collection : Albums

Genres : Aventure

Public : De 6 à 11 ans

Prix : 14.80€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 4.5

Scénario

4.0

Dessin

4.5

Qu’il semble triste, le monde des adultes esclaves de leurs téléphones face à l’univers magique des enfants ! Prêts à raccrocher, pour profiter de ce bel album qui rappelle l’essentiel ?

Coâ coâ, croasse le téléphone. « Quoi » ? L’oreille collée à l’appareil, Maman ne prête déjà plus attention à Norma. La fillette en a marre, puisque c’est comme ça, elle part ! Accompagnée de son copain Félix et de son fidèle singe en peluche Jojo, elle s’enfonce dans les buissons, à la découverte d’un monde merveilleux, peuplé de créatures fascinantes. Une aventure autrement plus passionnante qu’attendre sagement sa maman bavarde sur un banc. Mais quand Norma s’aperçoit que Jojo a disparu, rien ne va plus. De l’autre côté de la frontière imaginaire, les mères aussi s’inquiètent de la disparition des deux enfants. Allez, promis... le téléphone c’est fini !

De sa ligne claire qui a accompagnée plusieurs générations de lecteurs, Yvan Pommaux offre une jolie fable sur le pouvoir de l’imagination, parfaite parade à l’ennui, doublée d’une gentille critique de notre société ultra connectée. Nous sommes ces parents, qui dès lors que nous posons les yeux sur l’écran, ne prêtons guère plus qu’une lointaine attention à nos enfants.

Original et élégant dans son grand format à l’italienne et son découpage rectangle et carré, l’album et ses dessins recèlent de petites trouvailles visuelles illustrant parfaitement l’univers sans limite de l’enfance. Ainsi, les chaises marchent, les lionnes affamées se transforment en gentil tigre d’un coup de pinceau et les capitaines morses conduisent des bateaux.

Et pourquoi pas ? La vie ne serait-elle pas plus belle comme ça ? Mais au bout d’un moment, tout cela devient un peu inquiétant. Fini de jouer, il est temps de retrouver sa maman et le « vrai » monde des grands... Qui ont compris, en passant, qu’ils feraient bien de décrocher de temps en temps !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants