ZOO

Le Secret du Rocher noir

couverture de l'album Le Secret du Rocher noir

Éditeur : L'école des loisirs

Scénario : Joe Todd-StantonDessin : Joe Todd-Stanton

Collection : Albums

Genres : Aventure

Public : De 6 à 8 ans

Prix : 12.20€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Un vieux rocher nimbé de mystères, un port de pêcheurs superstitieux, la vaillance d’une fillette... Tous les ingrédients d’une magnifique aventure sont réunis dans Le Secret du rocher noir. Une merveille graphique et narrative où Joe Todd-Stanton mêle fantaisie et conscience écologique !

Dans un village bordé par un petit port de pêche, les habitants tremblent à l’évocation du rocher noir. Ambulant, destructeur, gros comme une montagne ou pointu comme un espadon, ce gros cailloux abreuve les marins de légendes et pousse au détour les paquebots qui ont peur de s’y frotter. Mais ce n’est pas le cas d’Erine Pike. Se dérobant à la surveillance de son chien Archie et de sa mère, la fille embarque sur le bateau de cette dernière, afin de percer les mystères de ce monstre de pierre.

Les élans de bravoure et de bonté se dévoilent merveilleusement à travers cet album, première parution française de Joe Todd-Stanton. Rien n’ébranle la détermination d’Erine dans cette fabuleuse histoire, ni le tumulte des vagues ni le grondement des fonds marins.

Heureusement, ses nombreuses péripéties vont l’amener à une belle découverte. Avec poésie et magie, l’auteur britannique pourfend les préjugés, la peur de l’inconnu, tout en louant le respect de la nature. Car cette roche titanesque est à l’image de l’ours polaire ou du rhinocéros blanc : un être que l’humanité peine encore à comprendre...

Le dessin se montre à la hauteur de ce beau message. Son trait tendre souligne les airs malicieux de l’héroïne, tout en orchestrant un époustouflant ballet aquatique. Un merveilleux spectacle qui nous suit jusqu’à la dernière page.

Et une fois refermé, on contemple la couverture du Secret du rocher noir comme un trésor, que l’on se doit de protéger, pour le bien de ceux qui savent rêver...

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants