ZOO

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres (Septembre 2018)

couverture de l'album Moi, ce que j’aime, c’est les monstres

Éditeur : Monsieur Toussaint Louverture

Scénario : Emil FerrisDessin : Emil Ferris

Prix : 34.90€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO Le Mag

Note ZOO Le Mag 5.0

Scénario

0.0

Dessin

0.0

Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris est indéniablement l’un des comics les plus remarquables de la décennie. Une merveille de plus de 800 pages dont la première moitié vient de sortir.

La vie d’Emil Ferris a été jalonnée de drames qui ont finalement trouvé leur catharsis dans la création de My Favorite Thing is Monsters. Née à Chicago en 1962, elle a une scoliose sévère qui l’empêche de marcher jusqu’à l’âge de trois ans. Elle copie des bandes dessinées que lui donne sa mère, mais aussi des tableaux que son père l’emmène voir à l’Art Institute. À 8 ans, les médecins lui disent qu’aucune opération n’est possible et qu’elle ne vivra pas au-delà de 30 ans. À l’hôpital, elle côtoie la maladie et la mort, et dans son quartier d’Uptown la violence est partout : agressions sexuelles, suicides, défenestrations, morts par armes à feu...

Emil s’accroche à la vie, devient adulte, enchaîne divers boulots dont illustratrice et conceptrice de jouets. Certes, elle a dépassé les 30 ans, mais le jour de son quarantième anniversaire, elle est piquée par un moustique qui lui inocule une forme grave du virus du Nil occidental. Elle a une méningo-encéphalite, est en chaise roulante, ne peut plus se servir de sa main droite, et les médecins lui disent qu’elle ne marchera plus jamais. Mais à nouveau, Emil s’accroche à la vie, à sa fille âgée de six ans. Elle scotche un stylo à sa main pour tenter de redessiner, puis va étudier à l’Art Institute. C’est pendant cette période de convalescence et de nouveau départ qu’elle va réaliser durant six ans ce monumental roman graphique de plus de 800 pages dessiné au stylo à bille... à raison de seize heures par jour.

Les monstres sont partout

S’il n’est pas une autobiographie, ce récit à tiroirs n’en reste pas moins une émanation fictionnelle de l’existence de l’autrice, dont le support même (pages perforées à marge rouge et lignes bleues) évoque le journal intime. L’héroïne, Karen (que Ferris considère comme son reflet), jeune fille de dix ans vivant à Chicago et adorant les monstres au point de s’imaginer être un loup-garou, incarne le sentiment de différence ressenti par l’autrice dans son enfance.

Ferris explique d’ailleurs que pour elle, « le coeur même de l’idéologie du monstre » réside dans ces « gens brisés par la vie puis qui ont entrepris de se reconstruire dans le seul but de devenir plus extraordinaires et plus puissants en leur for intérieur ». Outre les monstres de cinéma et de comics dont Karen se sent si proche, la monstruosité a ici différents visages : dans la dangerosité du quartier où elle vit, avec ses violences sexuelles, dans la promiscuité avec des êtres peu recommandables, et bien sûr le suicide de la belle voisine Anka sur lequel va enquêter Karen, découvrant son passé dans l’Allemagne nazie...

Première oeuvre, coup de maître

Graphiquement, esthétiquement, cette oeuvre hisse l’underground vers l’excellence. D’un simple carnet de notes, Emil Ferris fait émerger un extraordinaire journal intime dessiné, dans une liberté totale de narration séquentielle et faisant preuve d’un talent inouï pour la technique du stylo à bille dont les exceptionnelles hachures, noires ou colorées, créent des spectacles de clairs-obscurs fascinants.

Notamment les portraits d’Anka et les « retranscriptions » de tableaux célèbres sont époustouflants de beauté. Tout le monde s’est trompé sur Emil Ferris : les médecins qui avaient annoncé à l’enfant qu’elle ne vivrait pas, ceux qui ont annoncé à l’adulte qu’elle ne remarcherait plus, et... les 48 éditeurs qui ont refusé cette première oeuvre, aujourd’hui considérée comme un chef-d’oeuvre, jusqu’à ce que celle-ci soit publiée chez Fantagraphics. À ce niveau-là, ce n’est plus de la résilience, c’est l’expression d’une extraordinaire puissance de vie. Vive Emil Ferris.

Article publié dans le magazine Zoo n°67 Septembre - Octobre 2018

Pour aller plus loin

Haut de page
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (3)

note de la critique de jiba

Suite de mes achats de la sélection des primés d'Angoulême 2019 et de mes déceptions. Moi, ce que j'aime, c'est les monstres ... un oeuvre bien trop difficile d'accès, tant par son scénario, la psychologie de l'auteure, que le graphisme. Un album élitiste.

Posté le 09/04/2019 à 21h32

note de la critique de SuperMax

S'il est quelque peu difficile de rentrer dans ce journal intime d'une jeune fille qui se prend pour un loup-garou, sa narration devient vite addictive, renforcé par son dessin tout au stylo bille. Brillant !

Posté le 30/12/2018 à 21h34

Magnifique Une de notre confrère A nous Paris mettant en avant Moi, ce que j'aime, c'est les monstres.

Nous avions adoré l'album : UNE ŒUVRE MONSTRE ! Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris est indéniablement l’un des comics les plus remarquables de la décennie. Une merveille de plus de 800 pages dont la première moitié vient de sortir.

Posté le 23/09/2018 à 17h28