ZOO

Nymphéas noirs

couverture de l'album Nymphéas noirs

Éditeur : Dupuis

Scénario : Michel Bussi, Fred DuvalDessin : Didier Cassegrain

Collection : Aire Libre

Genres : Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 28.95€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique Zoo

Note Zoo 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Que serait Giverny sans la demeure et les jardins de Claude Monet qui voient chaque année déferler des dizaines de milliers de touristes venus du monde entier ? C’est le cadre choisi par Michel Bussi pour un polar d’enquête publié en 2011. L’adaptation de Fred Duval illustrée avec talent par Didier Cassegrain va sans doute lui permettre de s’arroger un nouveau public de lecteurs.

L’argument de départ est classique : un ophtalmologue est découvert assassiné. L’inspecteur dépêché sur place, assisté d’un second, aura fort à faire pour démasquer son meurtrier. Trois femmes sont dans leur collimateur : une vieille dame acariâtre qui s’intéresse de près à l’évolution des investigations, une charmante institutrice qui connaissait bien la victime et une jeune gamine de onze ans, surdouée en matière de peinture. Ajoutons à cela un tableau de Monet disparu qui donne le titre à ce récit et nous voilà partis pour une enquête qui va se dérouler sur treize jours pour résoudre cette affaire.

Certes, en jetant son dévolu sur ce polar multi-récompensé dans maints festivals dédiés au genre, Fred Duval joue sur du velours. Adaptant un récit réputé inadaptable, il réussit une performance saluée par Michel Bussi en personne scotchant à son tour le lecteur avec cette intrigue au long cours (140 pages !) où la révélation finale, par la subtile architecture du récit, ne manquera pas de surprendre. Une deuxième lecture (hautement recommandée !) ne peut que renforcer cette impression d’avoir été brillamment manipulé.

Déjà partenaire de Fred Duval dans des histoires d’un tout autre genre (Code Mc Callum), la prestation graphique de Didier Cassegrain est remarquable dans son traitement notamment par l’usage de la couleur. Son style semi-réaliste se rapproche par maints aspects de celui de Miguelanxo Prado, autre grand maître du 9e Art. La collection Aire Libre démarre l’année éditoriale sur les chapeaux de roues.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants