ZOO

J'ai tué le Père Noël

couverture de l'album J'ai tué le Père Noël

Éditeur : Milan

Scénario : Anthony MacGowanDessin : Chris Riddell

Genres : Aventure

Public : De 9 à 11 ans

Prix : 8.90€

ma collection
ma wishlist

La critique culturebd

Note culturebd 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Roman jeunesse richement illustré par Chris Riddell, J’ai tué le Père Noël est un conte de Noël original et plus profond qu’il n’y paraît.

La veille de Noël, Jojo écoute ses parents qui se disputent encore. Soudain sa mère lâche la phrase qui fait mal : « Tu as tué Noël ! » Jojo en est sûr, c’est de sa faute. Sa liste de souhaits était trop longue. Si quelqu’un a tué le Père Noël, c’est lui. Tout à sa culpabilité, l’enfant invente alors un plan pour rattraper son méfait et Noël.

Le point de vue de l’enfant, et sa propre interprétation de problématiques adultes, apportent un ton décalé à ce conte de Noël. Si l’amour et l’altruisme sont mis en avant par les actions de Jojo, d’autres thématiques plus graves sont aussi abordées telle la culpabilité de l’enfant ou bien encore les disputes au sein du couple, dont les motifs apparents semblent être les difficultés financières. Le rythme du récit est tenu et les péripéties s’enchaînent. Seule la fin un peu facile déçoit légèrement.

Les illustrations valorisent le récit par des choix judicieux de placement : elles ne sont jamais absentes ni ne disparaissent au détriment du texte. La ligne fine et très expressive du grand illustrateur fait encore une fois merveille. L’originalité de son coup de crayon accentue l’aspect décalé du texte. Les couleurs sont sobres, comme à l’accoutumée avec Chris Riddell, mais très efficaces. Leur utilisation permet de ne rien rater des détails du trait ni du sens de la fantaisie et de l’humour de l’illustrateur.

Ce récit de Noël révèle une jolie réussite vers laquelle le talent de Chris Riddell attire dès la couverture, tandis que le texte finit de convaincre.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants