ZOO

Femme Sauvage (Mai 2019)

couverture de l'album Femme Sauvage

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Tom TiraboscoDessin : Tom Tirabosco

Genres : Aventure, Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 25.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Au vu des tensions politico-sociales qui règnent un peu partout dans le monde et du désastre écologique et climatique croissant, cette histoire pourrait presque se passer de nos jours. Une jeune femme fuit le monde urbain en proie à des affrontements perpétuels avec les forces de l’ordre pour rejoindre le camp des Rebels, retranché en pleine nature. Tom Tirabosco nous convie à ce long périple à travers la nature sauvage américaine, dans le pur registre du « survival ».

On ne saura jamais son nom ou son prénom, tout juste qu’elle a perdu son ami, tué au cours d’une manif et qu’elle espère trouver un nouveau havre de paix au sein du groupe des Rebels, sans doute basé quelque part au Canada, de l’autre côté de la frontière. Elle va très vite apprendre à composer avec la nature mais aussi rencontrer d’autres humains, souvent plus redoutables que la faune sauvage. Dans son sac à dos, un seul livre que son compagnon lui avait fait découvrir : Walden ou la vie dans les bois de Henry David Thoreau, le chantre du retour à la nature.Extrait Femme Sauvage Tom Tirabosco Nul doute que le roman de Jon Krakauer adapté à l’écran par Sean Penn (Into the wild) ou encore La route, le chef-d’œuvre de Cormac McCarthy ont dû inspirer Tom Tirabosco à plus d’un titre et entraîner ses réflexions sur la marche d’un monde qui court inexorablement à sa perte. Mais la nature se rebelle aussi et les humains n’auront jamais le dessus.

Fidèle à son traitement graphique par monotype, son dessin noir et blanc sied idéalement à son propos pour magnifier les grands espaces, les forêts et les cavernes profondes. S’il est hors de question ici de spoiler le dénouement de son récit, notons tout de même qu’il subsiste encore chez lui une petite étincelle d’optimisme face au no future qui se profile. La politesse du désespoir ?

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants