ZOO

Open Bar (Avril 2019)

couverture de l'album Open Bar

Éditeur : Delcourt

Scénario : FabcaroDessin : Fabcaro

Genres : Humour

Public : À partir de 16 ans

Prix : 12.50€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

4.0

Dessin

2.0

C’est Open Bar avec Fabcaro. Ce recueil de gags décalé et absurde démontre la maîtrise du contrepied de l’auteur. Caricaturant les travers de notre société, Fabcaro parvient à surprendre par un comique à la chute toujours inattendue.

Compilation de dessins parus dans les Inrockuptibles, Open Bar débite des gags à méninges qui nécessitent parfois une deuxième lecture tant il joue avec les codes de l’humour. La télé, la société de consommation, les journalistes, les politiques, les écolos, les auteurs bobos… Avec son humour acidulé, Fabcaro tape un peu sur tout le monde. Il se moque aimablement mais avec piquant et finesse d’esprit de la nature humaine, de l’hypocrisie de ses contemporains, des tendances sociétales, de la superficialité, de l’orgueil, du mépris...

Il prend à rebrousse-poil l’humour classique et délivre une palette de gags tantôt incongrus - comme le boucher adulé par ses clients, l’acclamant sur sa découpe d’une échine de porc - tantôt transparents, comme celui où deux hommes s’approchent d’une victime grièvement blessée pour lui demander si elle possède la carte vitale.

Les dessins ressemblent toujours à des ébauches réalisés avec un trait rapide et minimaliste formant des situations reproduites à l’identique sur plusieurs cases. Sans fioritures, l’illustration se pare d’une bichromie noire et grise froide, apposée sur les protagonistes des gags, le reste de la case demeurant immaculée. Presque réduit à son plus simple appareil, le trait laisse toute la place au propos, aux répliques cinglantes et aux chutes imprévisibles.

Avec un art du bon usage de la réplique cinglante et de la chute qui fait mouche, Open Bar happe dans son univers souvent déconcertant mais toujours mordant et réfléchi. Il laisse un goût d’éclat de rires intérieurs dans la bouche…

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants