ZOO

La Boîte de petits pois (Août 2019)

couverture de l'album La Boîte de petits pois

Éditeur : Delcourt

Scénario : GiedRéDessin : Holly R

Genres : Historique, Humour, Récit de vie

Public : À partir de 9 ans

Prix : 15.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

À travers le regard de GiedRé, une Lituanienne devenue chanteuse, on plonge dans ce que le marteau et la faucille ont induit de pire, tout en entrevoyant ce qui n'était pas si mal dans les yeux de cette enfant. Une belle BD, racontée avec le recul d’une adulte et le dessin de l’enfant qu’elle est restée.

Vous connaissez la chanteuse lituanienne GiedRé ? Certainement moins son histoire. Elle est née et a grandi sous le communisme, avant de s’envoler avec sa maman vers Paris et de laisser son histoire derrière elle. Celle de ce pays bercé par le tout collectif qui étouffe l’individu, les boîtes de petits pois et les chewing-gums en guise de repas de fête.

Rarement une BD a aussi bien conté l'évolution et la chute du communisme. GiedRé possède cette force de conter son pays et les travers de ce régime. Même si, comme on l’entrevoit tout au long de la lecture de ce formidable récit pétri d’humanité et d’authenticité, cette Lituanienne a su garder le recul nécessaire.

Grand bien a pris à Davy Mourier, directeur de la collection « Une case en moins » chez Delcourt, de permettre à ce projet d’éclore. La force du graphisme d’Holly R se retrouve dans cette capacité à coucher sur le papier le vécu et les émotions de la scénariste dans un trait et des couleurs enfantins. Un dessin que l’on pourrait croire naïf au premier abord alors qu’il est tout le contraire.

La boîte de petits pois, c’est le fil rouge d’une vie pas toujours facile mais constructive. Plat de fête sous le communisme lituanien, elle devient d’une banalité affligeante dans un pays capitaliste comme la France. Normalement seuls ceux qui ont vécu le communisme peuvent le comprendre mais désormais tous les autres aussi grâce à ce genre d’œuvre-témoignage. Pour peu qu’on sache garder son esprit ouvert et le nourrir d’empathie.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants