ZOO

Une année sans Cthulhu (Octobre 2019)

couverture de l'album Une année sans Cthulhu

Éditeur : Dargaud

Scénario : Thierry SmolderenDessin : Alexandre ClérisseColoriste : Alexandre Clérisse

Genres : Aventure, Fantastique, Historique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 21.00€

Voir la bande-annonce
ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Après Souvenirs de l’Empire de l’atome et L'Été Diabolik, qui nous plongeaient respectivement dans les années 50 et 60, le duo Smolderen/Clérisse revient avec Une année sans Cthulhu, leur superbe nouveau roman graphique qui nous plonge cette fois-ci au coeur des années 80.

1984, dans une ville du Lot, des adolescents trompent l’ennui en jouant à un jeu de rôle inspiré d’une oeuvre de Lovecraft : L'Appel de Cthulhu. Mais l’arrivée d’une mystérieuse jeune fille coïncidant étrangement avec des faits divers énigmatiques et sanglants plonge soudainement la petite ville dans le désarroi. Les adolescents vont alors tenter de lever le voile sur ses phénomènes étranges dans lesquels les entités démoniaques ou divines semblent ne jamais être bien loin.

L’auteur nous plonge dans un jeu de rôle grandeur nature, entre fantastique et polar, mêlant introspection de l’âme humaine et adolescente, mythologie et réflexion sur l’intelligence artificielle ou encore le développement galopant de l’informatique. Comme à son habitude, Smolderen nous offre un scénario complexe et bien maîtrisé. Les références à la littérature, au cinéma ou encore aux jeux vidéos abondent sans jamais encombrer le récit.

Grâce à la virtuosité de son dessin et de sa maîtrise de la mise en scène à l’inspiration très cinématographique, Clérisse parvient à plonger le lecteur tout à la fois dans une petite ville banale française et dans les méandres les plus sombres de l’esprit humain. La palette chromatique vive et flashy nous renvoie immédiatement à l’univers pop et loufoque des années 80. Cet univers graphique complète parfaitement le récit de Smolderen en aidant le lecteur à s’immerger dans le scénario, parfois compliqué.

Une année sans Cthulhu nous offre un portrait de la décennie 80’s. C’est une parfaite réussite qui se dévore d’une traite. Un album à lire jusqu’à la postface (ou à commencer par là) pour le savourer pleinement.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants