ZOO

Nos vacances au bled (Septembre 2019)

couverture de l'album Nos vacances au bled

Éditeur : Marabout

Scénario : Chadia Chaibi LoueslatiDessin : Chadia Chaibi Loueslati

Collection : Marabulles

Genres : Humour, Récit de vie

Public : À partir de 12 ans

Prix : 19.90€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

3.5

Après nous avoir présenté sa Famille Nombreuse, Chadia Loueslati nous emmène en vacances au bled… Avec toujours autant d’humour et de tendresse, elle partage ses souvenirs d’un été familial mouvementé dans ce roman graphique tout plein d’humanité.

Juillet 1988 : Les Chaibi s’apprêtent à débarquer en Tunisie. Omi et le Daron ont récemment décidé d’y faire construire une maison. La fratrie, qui s’est encore agrandie avec l’arrivée du petit Chabi, est impatiente de retrouver la famille de là-bas, rassemblée autour de la grand-mère Zina. Après un long périple, en avion pour certains et en bateau pour d’autres, les vacances commencent !

Sur le papier, elles ne font pas tellement rêver : chaleur étouffante, promiscuité forcée, linge à laver et cuisine à préparer pour toute la maisonnée… Sans oublier les mouches impossibles à chasser ! Mais il y aussi les retrouvailles, les sorties au village, les marques de bronzage après les journées plage, les séances hammam et gommage… Il y a surtout le temps partagé à râler, rigoler, se chamailler et tous ces précieux souvenirs à créer ! Des souvenirs que Chadia Chaibi Loueslati partage avec générosité et une sacrée louche de second degré.

Car ce qui fait d’abord la force de ce second roman graphique plein d’humanité, c’est l’humour et l’auto-dérision dont fait preuve son autrice, envers sa famille et elle-même. On rit tout au long de ces quelques 200 pages passées sous le soleil de Radès, et on s’attache décidemment bien rapidement à ces personnages de caractère.

Parlant de caractère, saluons d’ailleurs cette tribu de femmes super modernes, qui bien qu’assumant évidemment seules les tâches ménagères, sont finalement bien celles qui se laissent le moins faire… Avec une mention spéciale pour Omi la mère, véritable dame de fer.

Alors pour cet été en Tunisie, Chadia, on vous dit merci !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants