ZOO

Le Culte de Mars (Juin 2020)

couverture de l'album Le Culte de Mars

Éditeur : Delcourt

Scénario : MobidicDessin : Mobidic

Genres : Science-Fiction

Public : À partir de 12 ans

Prix : 18.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Dans un monde retourné à l’état sauvage après une guerre dévastatrice ou une série de catastrophes naturelles, les « premiers de cordée » ont quitté la Terre pour aller coloniser la planète Mars en laissant croire qu’ils reviendront dès que possible chercher tous les autres survivants. Qui attendent vainement ce retour. Après son remarquable conte pour adultes, Roi ours, publié en 2015, Mobidic confirme son immense talent d’auteure complète avec ce captivant récit de SF d’une grande beauté plastique.

Sous l’égide d’une prêtresse virulente qui entretient un culte dévoué à la planète rouge en procédant à des sacrifices humains, l’humanité est retombée à un stade quasi primitif. Errant dans une nature qui a repris tous ses droits sur la civilisation, Hermès est porteur d’un précieux trésor : une sorte d’encyclopédie qu’il a créé de toutes pièces et dans laquelle il consigne tout le savoir issu du monde d’avant. Au fil de ses pérégrinations, il va rencontrer une jeune femme muette dont il va peu à peu tomber amoureux. Ensemble, ils vont rejoindre le clan familial de Caroline qui, d’emblée, se montre très hostile à l’égard de son ami. Mais son livre, qui contient peut-être la solution à leur projet de rallier Mars, va susciter toute leur convoitise.

Ici encore Mobidic magnifie la nature dans toute sa splendeur, n’hésitant pas à faire progresser son histoire avec des séquences entièrement muettes, incrustant ses vignettes sur des images pleine page. À mesure que le couple progresse dans cet univers post-apocalyptique, l’émotion s’installe. Hermès (messager des Dieux dans la mythologie grecque) apprend la langue des signes pour pouvoir communiquer avec Caroline.

Le dessin de Mobidic, très proche de celui de Ruben Pellejero versant Le tour de valse ou Le silence de Malka, éclate littéralement sous une magnifique palette de couleurs qu’elle maîtrise à la perfection. Ses ambiances nocturnes sont particulièrement poétiques. En deux albums elle s’est hissée parmi les meilleures représentantes de la BD.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

Suite à échange avec Mobidic, l'auteur nous précise deux points intéressants qu'il nous semble important de partager avec la communauté : "il est dit que Caroline est muette, et les Sourds ont horreur qu'on dise d'eux qu'ils sont muets... Elle est sourde, simplement. Et vous parlez de "langage" des signes, la formulation exacte est : "langue" des signes." ... points corrigés dans notre critiques

Posté le 18/07/2020 à 18h24