ZOO

Comment réussir (Octobre 2019)

couverture de l'album Comment réussir

Éditeur : Delcourt

Scénario : Geoffroy MondeDessin : Geoffroy MondeColoriste : Geoffroy Monde

Collection : Pataquès

Genres : Documentaire BD, Récit de vie

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.5

Dessin

3.0

Comment réussir à gagner 900 000 euros, comment réussir à être un vampire, comment réussir à braquer une banque : les réponses à toutes ces questions fondamentales et à une multitude d’autres.

« Comment réussir » se présenter sous la forme d’un guide illustré de développement personnel, qui apporte des conseils absurdes et loufoques pour réussir dans une cinquantaine de situations diverses. Des faux tutoriels à l’humour décalé mais parfois un peu répétitif.

« Comment réussir à survivre sur une île déserte. Imaginez que vous devez aller sur une île déserte. Vous n’avez le droit d’emporter que deux objets avec vous. Choisissez une robe de cocktail et une capeline en toile. » Telle est l’une des recommandations farfelues préconisées par l’auteur. Les autres suggestions ne sont pas en reste, par exemple, pour réussir à sortir d’un labyrinthe, l’auteur préconise simplement de ne pas y entrer mais de faire alors attention aux bandes de jeunes qui zonent. Pour réussir à gagner aux échecs, il suffit d’envoyer votre reine dans le passé pour tuer la mère de votre adversaire.

Chaque tutoriel se présente sous la forme de six cases de bande dessinée et porte un titre qui commence par « Comment réussir ». L’auteur mise sur le second degré et le décalage entre le ton sérieux et le caractère absurde des conseils dispensés. Chaque histoire est indépendante et il n’y a aucun lien entre elles.


Le dessin de Geoffroy Monde privilégie une ligne claire et semi-réaliste très simplifiée. Il n’y a pas d’ombrages et les décors sont souvent réduits, ce qui accentue l’aspect de faux guide de développement personnel. Les couleurs sont des à-plats très simples. Le style est plutôt élégant et efficace.

L’auteur avance sur la délicate corde raide du second degré, et parfois même du troisième ou quatrième degré. Si beaucoup d’histoires sont drôles, certaines tombent à côté de la plaque, sont inutilement sanglantes et ont parfois un caractère répétitif.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants