ZOO

Woman World (Février 2020)

couverture de l'album Woman World

Éditeur : La ville brûle

Scénario : Aminder DhaliwalColoriste : Nikolas Ilic

Genres : Science-Fiction

Prix : 22.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

4.5

Une Terre sans hommes, un monde post-apocalyptique et peuplé exclusivement de femmes, voilà le décor de la première BD d’Aminder Dhaliwal traduite avec brio par Clémentine Beauvais. Woman World, nomée pour plusieurs prix, est une oeuvre impertinente et intelligente qui sous des airs de légèreté s’avère être un album fort et militant, sans oublier de nous faire rire.

Dans un futur proche dévasté par une série de catastrophes écologiques, les hommes ont disparu de la Terre. Une petite communauté de femmes lutte pour sa survie et pour celle de l’humanité. Elles tentent de reconstruire un monde neuf, prenant appui sur les ruines du patriarcat et de la civilisation passée empreinte de pop culture et de consumériste.

Woman World est bien sûr un récit féministe sans jamais être misandre, même si bien sûr les hommes y sont quelque peu malmenés. Mais Woman World n’est pas que cela, c’est aussi une fable philosophique sur les bases de notre société actuelle, sur la place des hommes et des femmes ainsi que notre rapport à la nature. Adoptant un ton léger rendant la lecture facile et agréable, le récit est pour autant loin d’être simpliste. Toujours empreints de poésie, d’humour et de piquant les sketchs se succèdent remettant en question tous les fondements du monde actuel. La palette de femmes présentées, aussi diverses qu’affirmées, nous pousse constamment à réfléchir et ébranle nos certitudes.

Une poésie et une grande douceur se dégagent du trait fin d’Aminder Dhaliwal dont les illustrations en noir et blanc au style épuré invitent à la contemplation.

Dégageant une énergie positive, Woman World incite à la réflexion sur le monde qui nous entoure tout en offrant une vision d’un féminisme affirmé et pacifiste, imaginant un monde sans diktats où chacun(e) pourrait être libre d’être qui il/elle veut ! Une belle utopie en somme !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants