ZOO

Effet Miroir (Août 2020)

couverture de l'album Effet Miroir

Éditeur : Delcourt

Scénario : Makyo, Laval Ng

Collection : Machination

Genres : Polar / Thriller

Prix : 18.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

La vie de Louis Ferrand, entrepreneur, ressemble à un scénario catastrophe. Va-t-il démasquer ce motard qui le poursuit dans ses cauchemars ? Dans ses cauchemars, vraiment ? Pierre Makyo signe un scénario loin de ses domaines de prédilection, mais de grande qualité. Le dessin de Laval NG est une perle d’angoisse.

Rien ne va plus pour Louis Ferrand. Ras le bol d’être à la tête de l’usine familiale. Son esprit est à ses problèmes de couple et aux cauchemars qui se multiplient. Quand la réalité dépasse la fiction et qu’il se retrouve poursuivi par un motard en pleine forêt, son sang ne fait qu’un tour et l’entrepreneur ne sait plus vers qui se tourner.

On n’attendait pas forcément Pierre Makyo sur le terrain d’un polar accidenté. De Grimion gant de cuir au Cœur en Islande, en passant par Elsa et Le Cycle des deux horizons, cette pointure du scénario avait pris l’habitude de nous entraîner dans des histoires de société et de science-fiction, mais plutôt sur des tranches de vie. Ça tombe bien car s’il sort un peu de ses sujets habituels, c’est bien une histoire d’existence qu’il raconte ici, avec une dose de suspense et d’ambiance noire en plus.

Effet Miroir

Laval NG a le trait juste pour illustrer ce scénario de choix. La dose d’angoisse nécessaire, mais aussi de suspense : Effet miroir fait partie de ces albums littéralement impossibles à refermer dès lors qu’on l’a entrouverte. Son dessin est d’un réalisme froid, avec des mouvements dignes des meilleurs polars et ce qu’il faut d’angoissant dans les couleurs pour porter ce titre dans le haut du panier.

Effet miroir, c’est la sueur froide garantie. La bouffée de chaleur entraînée par l’angoisse qui s’insinue sans prévenir. Il y a un côté Black mirror, une des séries les plus effrayantes et pessimistes sur notre société. Un petit côté Stephen King aussi, ce qui ne gâche rien.


Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants