ZOO

Wilderness (Août 2020)

couverture de l'album Wilderness

Éditeur : Soleil

Scénario : Bandini, OzanamDessin : Bandini

Genres : Roman Graphique

Prix : 19.99€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.5

Dessin

3.5

Vétéran de la guerre de Sécession qui l’a marqué au plus profond de sa chair, Abel Truman, désormais un vieillard, vit seul avec son chien sur les rives de l’océan Pacifique. Sentant sa fin prochaine et hanté par son passé, il décide de retourner sur les lieux où il a jadis vécu. Antoine Ozanam adapte le premier roman de Lance Weller (2013) en s’associant une nouvelle fois avec Bandini, qui se révèle fort inspiré par ce récit.

Sur son chemin, Abel croise deux hommes qui vont lui voler son chien, après l’avoir laissé pour mort en pleine nature. Soigné et remis sur pied par un trio d’Indiens, Abel repart à la poursuite de ses agresseurs. Au fil de sa longue route, il se remémore tous les drames qui ont émaillé sa vie : le traumatisme de la guerre civile, mais aussi des circonstances de la perte de sa fille et de la femme qu’il avait profondément aimée.

Publié aux éditions Gallmeister, spécialisés dans la littérature des grands espaces et de la nature magnifiée, ce roman avait été en lice pour le prix Médicis étranger. L’adaptation est très fidèle au roman, respectant une narration parfois assez chaotique, mais toujours aussi sombre dans sa conception de la nature humaine. Une histoire âpre et sans concession. Notons que le personnage d’Abel, en dépit de tous ses malheurs, ne suscite guère d’empathie d’où, peut-être, quelques réticences à adhérer au bouquin.

Johan Camou, alias Bandini, a su tirer profit des larges descriptions des lieux dans lesquels évoluent les personnages. S’il traite les séquences du passé d’un trait rapidement jeté en noir et blanc, ses pages en couleurs sont souvent somptueuses et parfaitement à l’aune des ambiances du récit. Pas étonnant que Lance Weller ait été très enthousiasmé par cette adaptation en images.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants