ZOO

Jusqu'ici tout allait bien... (Septembre 2020)

couverture de l'album Jusqu'ici tout allait bien...

Éditeur : Fluide Glacial

Scénario : Ersin KarabulutDessin : Ersin Karabulut

Genres : Humour

Prix : 16.90€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

3.5

Dessin

4.5

Neuf contes dessinés aux résonnances toutes particulières dans notre monde en quarantaine, où sont évoqués la peur, les croyances, les virus, la technologie et la perte de liberté.

« Jusqu’ici tout allait bien… » : un tel titre avec l’usage de l’imparfait annonce d’emblée qu’une limite a été franchie, celle qui sépare la tranquillité voire l’espoir de jours heureux à la prise de conscience que ces moments de bonheur sont bel et bien derrière nous. Ce n’est donc pas une chute (« Jusqu’ici tout va bien » pour reprendre la formule connue) que nous narre ces neuf fables, mais bien le triste monde d’après.

Il serait certes logique de distinguer sous les traits d’Ersin Karabulut, prolifique dessinateur turc, une critique de la dérive autoritaire que subit son pays. Dans le monde frappé par la Covid-19, où les questions autour de la technologie se posent avec de plus en plus d'acuité, une telle lecture ne serait cependant que partielle. "L'âge de pierre" traite d'une obligation que les gens comprennent mal mais suivent par peur. ".dot" est sur l'utilisation des donnés par les GAFA. "Le monde d'Ali" relate l'histoire d'un virus créé par des étudiants. Et enfin, « Sans gravité », qui décrit une société où tout devient payant (dont l‘attraction terrestre), renvoie à des thèmes impactant pour chacun d’entre nous.



Dans chaque conte, il y a finalement un message d’alerte. Ces nouvelles superbement dessinées avec des styles graphiques souvent très différents, font incontestablement penser à la série anglaise d’anticipation « Black Mirror » avec un ton beaucoup plus pessimiste. Mais après tout, il existe un pessimisme d’action, qui appelle à l’action quand tout semble perdu. C’est sans doute aussi tout le sens de ces contes : il n’est peut-être pas trop tard pour réagir.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants