ZOO

Love me Please - Une histoire de Janis Joplin (1943-1970) (Septembre 2020)

couverture de l'album Love me Please  - Une histoire de Janis Joplin (1943-1970)

Éditeur : Marabout

Scénario : Christopher, Nicolas FinetDessin : ChristopherColoriste : Degreff

Collection : Marabulles

Genres : Roman Graphique

Prix : 19.95€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

La maison d’édition Marabulles, au sein de Marabout, se spécialise depuis quelques années dans la promotion de la cause des femmes. Love me Please, une histoire de Janis Joplin, est une excellente biographie en bande dessinée qui a toute sa place dans cette collection.


La musique a rythmé la vie de Janis

La musique a rythmé la vie de Janis


Janis Joplin naît en 1943 dans une famille aimante mais plutôt austère de Port-Arthur, au Texas. Très vite, elle se sent à l’étroit dans cette bourgade industrielle à l’esprit étriqué. Elle s’intéresse aux arts, d’abord le dessin puis le théâtre. Elle étudie brièvement à l’Université d’Austin au Texas et commence à chanter dans des bars. Mais c’est son départ à Francisco à 1963 qui marque véritablement le début de sa carrière. Janis débarque en plein mouvement hippie. Logé dans un squat avec de nombreux autres beatniks, son talent va petit à petit s’affirmer tout comme ses nombreuses addictions.

Le scénario de Nicolas Finet suit une trame assez linéaire, classique pour une biographie. L’histoire passe assez rapidement sur l’enfance et l’adolescence de Janis Joplin pour se concentrer sur ses différents séjours à San Francisco. Si chacun sait qu’elle est la première grande star du rock, le lecteur découvrira à quel point Janis Joplin était au cœur du mouvement hippie. Elle a été l’amante ou l’amie de toutes les figures importantes ou secondaires de ce mouvement, et notamment de Jim Morrison et Jimi Hendrix, membres comme elle du fameux « club des 27 ». L’album se termine par un trombinoscope de 8 pages, bien utile pour cerner les nombreuses personnalités qui apparaissent dans l’album.

Le style graphique de Christopher oscille élégamment entre réalisme et ligne claire. Son dessin précis restitue bien l’atmosphère si particulière du San Francisco des années 1960. Le découpage est efficace et permet une parfaite compréhension de l’action et une excellente restitution des émotions, même si certains personnages semblent un peu figés. Les jolies couleurs tendres et pastel de Degreff contribuent bien à la restitution de l’ambiance.

Une biographie solide, bien dessinée et richement documentée qui dévoile de nombreuses facettes peu connues de cette grande chanteuse qui marqué son époque.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants