ZOO

Femmes et nos pensées au fil du temps (Novembre 2020)

couverture de l'album Femmes et nos pensées au fil du temps

Éditeur : La Boîte à Bulles

Scénario : Paulina Silva

Collection : Carnets de la Boîte à Bulles

Genres : Roman Graphique

Prix : 20.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Une parole poétique, surprenante et juste. Des illustrations puissantes et harmonieuses. L’album de Paulina Silvia rassemble des fragments de ses pensées ou de ses rêveries. Ces courtes phrases, incisives, résonnent ainsi comme une poésie philosophique.

Paulina Silva s’interroge depuis son enfance sur le pourquoi et le comment des choses. Petite fille, elle craint de pouvoir disparaître. Puis, en grandissant, elle désire arrêter le temps pour parvenir à en savoir plus sur le monde. Plus tard, avec les années, elle s’est aperçue que toute chose pouvait se regarder à l’envers. Elle a donc laissé de côté son rêve de tout savoir. « J’ai cru que je savais, mais ne savais rien ». Avec le temps, le doute s’est emparé de son esprit.

Une silhouette de femme allongée est dessinée tout en longueur sur deux pages. Quelques mots flottent au-dessus de son corps. Mais son visage regarde le troisième mot : « vie ». L’écriture de ce roman graphique apparaît comme une sorte d’auto-thérapie de l’autrice. Malgré les questionnements aliénants, l’autrice témoigne de son envie de se battre pour créer et pour se sentir vivre. Sur une première page blanche ouverte, elle y a couché des mots, des formes, des rimes, de la couleur. Cette pensée unique et personnelle s’applique donc entièrement à l’expérience de l’autrice dessinatrice.

Alors pourquoi avoir intitulé l’album Femmes, et nos pensées au fil du temps? Rien n’est sûr. Nous pouvons douter du signifié, de la compréhension que nous avons de tout ce récit intérieur. Ce monologue torturé et chantant réussit à nous ouvrir les portes sur un univers intime et dans lequel nous parvenons à nous projeter. En s’affirmant comme singulier et propre à l’autrice, plusieurs de ses souvenirs font écho aux nôtres, et ravivent nos visions du monde passées.

En parcourant ce roman graphique, il est question de s’ouvrir au monde intérieur, étrange, et singulier d’une femme qui ne nous ressemble pas forcément. Mais, la présentation graphique du texte, mêlé aux dessins, favorise notre immersion. Le texte forme, en effet, une certaine symbiose avec le visuel. À plusieurs reprises, les paroles de Paulina Silva abritent une double connotation, créant ainsi des métaphores subtiles, que l’on retrouve implicitement dans le dessin. En cela, l’album n’a pas été conçu pour nous offrir des réponses. Il contient une grande force créatrice très inspirante, par laquelle il est possible de penser les choses d’une tout autre façon. En somme, il faut se laisser guider, par la rythmique des mots et la profondeur du message qu’ils portent.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants