ZOO

Iris, deux fois (Février 2021)

couverture de l'album Iris, deux fois

Éditeur : Sarbacane

Scénario : Naomi Reboul, Anne-Laure Reboul

Genres : Roman Graphique

Prix : 24.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.5

Dessin

3.5

Et s' il existait d’autres versions de nous-même, dans d’autres réalités ? Et si nous pouvions être témoins de nos différentes destinées en fonction des choix opérés et des chemins empruntés? C’est en tout cas l’étrange expérience vécue par une romancière à succès, dont elle ne pourra ressortir qu’ébranlée…

Sur le papier, Iris a tout réussi : autrice confirmée fraîchement auréolée d’un prestigieux prix littéraire, à la situation sociale et matérielle plus que confortable… Mais voilà qu’un troublant phénomène vient subitement bouleverser cette vie rêvée. La jeune femme se met à rêver, nuit après nuit, d’une autre version d’elle-même, beaucoup moins privilégiée. L’Iris de la nuit partage son quotidien entre un mari alcoolique dégoûtant et un petit garçon à problèmes, et son emploi de libraire d’un hypermarché de banlieue triste.


 Chaque matin Iris se réveille avec une drôle de sensation

Chaque matin Iris se réveille avec une drôle de sensation
© Sarbacane


Cauchemar? Pas seulement…


Car l’Iris de la journée, de la lumière et du succès en est intimement persuadée : son double raté existe bel et bien, dans cette autre réalité. Une réalité alternative, modelée par d’autres décisions, à commencer par celles d’être restée avec un ex toxique et d’avoir renoncé à toutes velléités d’écriture. Cette mystérieuse et douloureuse expérience va profondément la secouer, balayant habitudes et certitudes et redéfinissant sa personnalité. Jusqu’à totalement perdre pied?



Un drame littéraire intimiste et troublant

Un drame littéraire intimiste et troublant
© Sarbacane

Avec ce scénario haletant et inquiétant, Anne-Laure Reboul embarque son lectorat dans une virée où aspects psychologiques et fantastiques s’entrelacent et se répondent, jusqu’à se confondre. Impossible de ne pas lire son récit d’une traite, tant il interroge et bouscule. L’absence d’explication finale laisse fatalement pantois et on le regrette de prime abord. Mais on referme cet album l’esprit troublé, empli des pistes de réflexions amorcées. À quoi tient un destin? À des rencontres, des choix, un peu de chance ou pas mal d’infortune, parfois… À l’illustration, Naomi Reboul plonge ce double personnage dans une ambiance triste et pesante, aux couleurs ternes, accentuant le malaise et la sensation d’oppression envahissante et tenace.

Pour un tout premier roman graphique, côté scénariste comme illustratrice, c’est quasiment un coup de maître!

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants