ZOO

Comme par hasard (Mars 2021)

couverture de l'album Comme par hasard

Éditeur : Vents d'Ouest

Scénario : Cyril Bonin, SempéDessin : Cyril Bonin

Genres : Historique

Prix : 18.00€

ma collection
ma wishlist

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Dans le Paris de la Belle Époque, Victor Minas mène une existence bien rangée. Ce comptable trouve dans les chiffres un bonheur qui lui suffit. Un soir, en quittant son bureau, il ramasse un billet d’entrée pour un spectacle de ballets russes dirigé par le célèbre Diaghilev. Bien que n’ayant aucune prédisposition pour la danse, il va assister à la représentation. Et Cyril Bonin va nous entraîner à travers un personnage qu’on ne lâchera plus avant le mot fin.

Victor Minass

Victor Minass, un comptable amoureux des chiffres
© Glénat

La représentation l’enchante littéralement et ce d’autant qu’il est séduit par une des danseuses. Dès lors, les événements vont s’enchaîner de façon inattendue, aux antipodes de la vie routinière dans laquelle Victor se complaisait. De fil en aiguille, il va par un enchaînement de faits on ne peut plus anodins se retrouver en cure à Baden-Baden où il croisera à nouveau celle qui l’a tant séduit dans son numéro de danseuse. Hasard ou destinée? Victor va aller de surprises en surprises.

La danseuse qui va changer la vie de Victor à tout jamais

La danseuse qui va changer la vie de Victor à tout jamais
© Glénat

Les habitués de la petite musique de Cyril Bonin ne manqueront pas d’être séduits une nouvelle fois par ce nouveau récit empreint d’un romantisme doux-amer qui rappelle l’esprit des comédies sentimentales du cinéma américain des années 40, dont Frank Capra ou Georges Cukor comptent parmi les plus brillants représentants. De ses adaptations littéraires (Marcel Aymé, David Foenkinos) à ses propres scénarios (Stella, Presque maintenant, son triptyque Amorostasia, etc.), son parcours affiche une belle cohérence qui engendre une réelle complicité avec ses lecteurs.

Cette synergie se confirme également sur le plan graphique avec un style immédiatement identifiable et un travail sur la couleur et la lumière d’une maîtrise exceptionnelle. Décors, costumes et ambiances de l’époque sont au diapason et contribuent fortement à la crédibilité de l’histoire. Seul bémol : le cahier graphique qui conclue l’album aurait mérité d’être un peu plus copieux.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants