ZOO

Ma Baby-sitteuse et les petites personnes (Octobre 2020)

couverture de l'album Ma Baby-sitteuse et les petites personnes

Éditeur : L'école des loisirs

Scénario : Alice BunelDessin : Alice Bunel

Prix : 13.50€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

4.0

Dessin

3.0

Une poulette super chouette et sa baby-sitteuse pleine de personnalité nous présentent les P(etites) P(ersonnes) dans ce drôle d’album un peu beaucoup loufoque…

Jacquotte « Cocotte » a une baby-sitteuse vraiment spéciale : une jument super lookée nommée Sheila, sur laquelle les responsabilités ne font que glisser et que tout semble amuser. Un soir après l’école, elles visitent une animalerie qui vend la dernière sensation du moment : les PP, pour Petites Personnes. Pas plus hauts qu’un crayon, ces humains miniatures sont l’accessoire à posséder pour être super cool. D’ailleurs, Cassiopée « Casse-pieds », la copine moyennement sympa de Sheila ainsi que Claudia, la frimeuse de l’école, en ont toutes les deux une. Et celle de Cassiopée profite d’un moment d’inattention pour s’échapper avec une Jacquotte bien plus rigolote. Mais en apprenant à mieux connaître sa nouvelle amie de poche, la petite poule comprend qu’être ainsi gardée en captivité pour être exhibée dans les cours de récré, ce n’est pas tout à fait la vie rêvée… Avec l’aide de sa baby-sitteuse préférée, elle décide alors d’aider les PP à se libérer.

Le hamster est passé de mode, maintenant la tendance est aux « Petites Personnes »

Le hamster est passé de mode, maintenant la tendance est aux « Petites Personnes »
© l'école des loisirs

Ce joyeux album se distingue d’abord par son humour et son originalité : thème singulier, ton et vocabulaire modernes, nombreux clins d’œil aux petits travers de notre société, dessin simple et ultra coloré… Son originalité narrative passe aussi par sa construction graphique, qui emprunte autant à la bande dessinée avec ses cases et ses bulles, qu’à l’illustration de jeunesse plus classique.

Et s’il prête à rire, l’album offre aussi matière à réfléchir : en jouant avec beaucoup de second degré et d’absurdité sur l’inversion des rôles, Alice Bunel invite à s’interroger sur la place des animaux domestiques et notre rapport à eux. La réflexion ne s’arrête pas là, puisque se pose également la question des origines et de l’appartenance: quand on vient de loin mais qu’on a grandi ici, où est notre véritable maison?

Du rire, de la réflexion et un peu d’action: le succès est assuré pour Jacquotte, Sheila et leurs PP!

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants