ZOO

Moi, menteur (Mars 2021)

couverture de l'album Moi, menteur

Éditeur : Denoël Graphic

Scénario : Keko, Antonio Altarriba

Collection : Denoël Graphic

Genres : Roman Graphique

Prix : 21.90€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

L’auteur espagnol Antonio Altarriba a su, en quelques romans graphiques, marquer les esprits, tant comme auteur complet que comme scénariste. Avec Moi, Menteur, il clôture sa Trilogie du moi dessinée par Keko chez Denoël Graphic. Celui qui vous ment? Un conseiller politique espagnol au réalisme glaçant.

Adrian Cuadrado est conseiller en communication pour le Parti Démocrate d’Espagne. Quels que soient les événements qui touchent le parti, c’est lui qui élabore les stratégies et les éléments de langage pour y répondre. Et quand ledit parti s’avère mêlé à de très nombreuses malversations, cela procure beaucoup de travail. Et oblige à plonger dans les pires bassesses.


La réalité comme matière première


Le Parti Démocrate, cela n’existe pas, en Espagne. Les deux principaux partis sont Le Parti Populaire et le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol. C’est la meilleure illustration de la distance prise par le scénariste avec l’Espagne réelle.


Avec cette BD, les politiciens ne vont pas vous rassurer

Avec cette BD, les politiciens ne vont pas vous rassurer
© Denoël Graphic

Mais il ne faut pas s’y tromper. Les détournements sont volontairement trop légers pour que l’on ne reconnaisse pas les tourments de la vie politique ibérique au travers de cette histoire. C’est la politique politicienne, que charge sans empathie pour elle Altarriba.


Une réalité que l’on espère romancée


De ce point de vue, le scénariste parvient à nous glacer le sang. On note par exemple une scène de négociation entre les dirigeants de l’Union Européenne et le pouvoir espagnol qui fait froid dans le dos. On espère ce genre de séquence inventée, car si elle était réelle, elle serait juste terrible du point de vue démocratique. Mais Antonio Altarriba aime à cultiver le flou entre réalité et récit. Alors à nous de nous demander pourquoi cela nous semble si réaliste.


Tout est bon pour la victoire aux élections

Tout est bon pour la victoire aux élections
© Denoël Graphic

Les visages du menteur

N’oublions pas que cette trilogie du moi suppose une analyse d’un caractère humain très particulier. Adrian, dans le cas présent, incarne donc le mensonge de la Communication, cette trahison de la vérité pour l’aménager et la rendre supportable. Il incarne aussi l’absence d’engagement de ces «techniciens» qui se déconnectent de la morale pour soutenir l’un ou l’autre camp et dire l’inverse de ce qu’ils avaient pu écrire auparavant. On sent en filigrane la vision politique du scénariste. Par l’individu, il parle en fait des comportements humains et des idéaux que ceux-ci pourraient chercher à défendre pour redonner du sens à leur vie citoyenne.


 La corruption et les magouilles sont un art de vivre

La corruption et les magouilles sont un art de vivre
© Denoël Graphic


La noirceur jusque dans le dessin


Pour l’accompagner dans cette triple histoire dont tous les fils se nouent, Altarriba a travaillé avec le dessinateur Keko. Un artiste qui semble presque travailler au blanc sur papier noir, tant l’absence de couleur imprègne son travail. Un choix idéal pour accompagner la plongée dans trois âmes perdues, qui incarnent tout ce que l’humain peut aussi vouloir combattre.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants