ZOO

Peaux-Epaisses (Mai 2021)

couverture de l'album Peaux-Epaisses
ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Des humains génétiquement modifiés peuvent se balader sans scaphandre dans l’espace. C’est une denrée rare que l’on s’arrache, les Peaux-Épaisses, pour en faire des combinaisons. Le Tendre a adapté le roman du grand auteur de SF, Laurent Genefort, qui se racontera en deux albums.

Lark, mercenaire en rupture de ban, doit retrouver un clan de Peaux-Épaisses. Depuis trente-cinq ans, les Nomaral sont aux abonnés absents, mais il a reçu de leur part un curieux message codé. Et pas innocent, car Lark a été membre de ce clan qui intéresse aussi Roxo. Ce dernier n'est autre qu'un tueur employé par une multinationale bien décidée à récupérer des peaux de ces mutants. On les écorche vif, les Peaux-Épaisses d’où le silence des Nomaral, mais alors pourquoi contacter Lark? Les peaux sont un sacré butin potentiel dans un monde déjanté.


Les Peaux-Epaisses sont des humains génétiquement modifiés pour travailler dans l'espace

Les Peaux-Epaisses sont des humains génétiquement modifiés
© Les Humanoïdes associés

Lark va l’explorer pour retrouver le clan avec l’aide de Windy, une anthropologue aussi jolie que futée. À leurs trousses, une belle brochette de sanguinaires, Roxo en tête qui a un compte à régler avec les Nomaral. Pour Lark, c’est un retour aux sources pas évident. Voilà un jeu de piste qui fait dans le brutal, un thriller accrocheur au suspense digne d’un polar bien cadré, voire d’un western sidéral.

Le Tendre a tiré le meilleur du roman, tout en gardant son originalité. Pasquale Frisenda fait remarquablement vivre cet environnement hors normes par son dessin sans concession, réaliste à l’extrême, très typé en particulier au niveau des personnages. Il innove, marque son territoire et Stefani Rennee, à la couleur, affirme les ambiances de ce monde sans pitié, mais captivant.


Article publié dans le Mag ZOO n°80 Mars-Avril 2021

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants