ZOO

L'Américain (Avril 2021)

couverture de l'album L'Américain

Éditeur : Sarbacane

Scénario : Loïc GuyonDessin : Loïc Guyon

Genres : Roman Graphique

Prix : 26.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Si parmi les récentes sorties, il y a des albums qui sortent du lot, L’Américain de Loïc Guyon se distingue par son originalité et le ton décalé de son scénario. Thriller fantasmé dans les traces d’un amateur de séries télé, plongé entre fiction et réalité.

Francis est complètement obsédé par la série télé «L'Américain». Il reste scotché devant son écran, ressasse sans cesse les détails du dernier épisode, ses dialogues, la philosophie du héros. Sa copine Claire et ses amis ne supportent plus qu'il prenne aussi au sérieux cet univers fictif, au point ou sa perception de la réalité s’en retrouve altérée. Cependant, un soir, quelqu'un vient frapper à sa porte pour déposer une mystérieuse sacoche. Subjuguée, Claire lui affirme que c’est l’Américain lui-même qui le lui a tendu. Persuadé d’avoir une mission à accomplir, confiée par son héros, Francis plonge dans une histoire résolument barrée, pleine de rebondissements tous plus improbables les uns que les autres.


Francis est fan de la série L'Américain

Francis est fan de la série L'Américain
© Sarbacane

Avant de se lancer dans le cœur de l’intrigue, Loïc Guyon nous présente le quotidien du jeune homme, les virées entre potes, les discussions très naturelles ou il tente de convaincre les autres du génie de son idole, sous les moqueries des autres qui connaissent par cœur ses arguments répétés en boucle. Puis il y a aussi les soirées tendues avec sa copine qui ne le comprend plus, usée par cette attention exclusive pour un personnage qui n’existe pas. Par-dessus, on rajoute une étrange histoire de sacoche mystérieuse et on a la recette d’un album assez atypique qui interpelle.

On comprend très vite que pour Francis, toutes ces histoires sont réelles, qu’elles l’aident à construire une vision du monde plus cohérente. A ses yeux, cette série Z est d’une grande profondeur, pleine de messages cachés, d’un idéal de la justice servi par cet incroyable et invulnérable Américain! Pour accentuer le décalage entre les deux réalités, l'auteur alterne les styles. Les passages «réels» sont traités en noir et blanc et au lavis, tandis que ceux qui correspondent à la série télé sont en couleur sur papier monochrome. L'effet est saisissant!


L'Américain confie à Francis une mission

L'Américain confie à Francis une mission
© Sarbacane

Malgré tout, bien qu’il soit intéressant, le scénario accumule des pages et des pages de dialogues qui n'apportent absolument rien au récit, si ce n'est de bien appuyer sur les ambiances de djeuns de la cité qui parlent de mecs, de nana etc. Du coup, l'intrigue s'embourbe progressivement, sans se lancer vraiment.

Un album qui reste agréable, mais qui aurait mérité d'être plus concentré!

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants