ZOO

La prière aux étoiles T.1 (Avril 2021)

couverture de l'album La prière aux étoiles T.1

Éditeur : Bamboo

Scénario : Iñaki Holgado, Serge Scotto, Éric Stoffel

Collection : Grand Angle

Prix : 14.90€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

3.5

La prière que la belle Florence dit une nuit aux étoiles, nous avons envie d’y croire, car la marque de Pagnol imprègne les dialogues de cette histoire, adaptation d’un projet de film avorté que nous découvrons ici avec intérêt et plaisir.

La prière aux étoiles exhume du cimetière des films inachevés ce qui aurait dû être une œuvre de Marcel Pagnol. Mais le tournage ayant lieu en 1941, Pagnol préféra détruire les bobines existantes pour éviter de collaborer avec l’occupant. Reste le scénario, adapté aujourd’hui en BD.

Florence est une jeune et belle actrice qui se laisse entretenir par Dominique, issu d’une riche famille lyonnaise, sans l’aimer. La mère de Florence, appâtée par la fortune d’un possible futur gendre, a beau tenter d’arrondir les angles, Dominique sent que Florence lui échappe. Celle-ci prie la nuit en contemplant les étoiles, dans l’espoir de rencontrer l’amour.


Une adaptation des œuvres de Marcel Pagnol

Une adaptation des œuvres de Marcel Pagnol
© Grand Angle

Elle tombe un jour sous le charme d’un jeune auteur, Pierre, dont la nouvelle chanson s’appelle justement La prière aux étoiles. Tous deux partent ensemble pour le Sud, fuyant l’une un avenir qui ne lui convient pas, l’autre un succès qui ne satisfait pas ses prétentions artistiques.

De cette adaptation, nous retiendrons surtout les savoureux dialogues, dans lesquels nous retrouvons tout le talent de Pagnol pour révéler la nature humaine. Les scénaristes Serge Scotto et Eric Stoffel ont dû avoir le bon goût d’en prendre les pépites pour les injecter dans leur récit. Il est toutefois nécessaire de rester bien concentré pendant sa lecture, la narration manquant de fluidité, notamment dans les transitions entre les différentes intrigues qui se nouent en parallèle.


Dominique rêve de cinéma, pas de mariage

Dominique rêve de cinéma, pas de mariage
© Grand Angle

Nous apprécierons aussi le talent du dessinateur Holgado (sur storyboard de Marko) qui traduit avec élégance l’ambiance de cette France du début des années 40, société uchronique sans occupant allemand. Mais on peut regretter que ses personnages se ressemblent parfois trop, compliquant la compréhension du récit.

Attendons le 2ème tome pour apprendre, espérons de manière limpide, si les prières de Florence et Pierre seront exaucées ou mises à bas par une dure réalité.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants