ZOO

La maison bleue (Août 2021)

couverture de l'album La maison bleue

Éditeur : Les éditions des Elephants

Scénario : Phoebe Wahl

Collection : ALBUM

Public : De 1 à 15 ans

Prix : 14.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

4.0

« Il faut parfois dire adieu à la maison tant aimé. » Un déménagement n’est pas toujours synonyme de plaisir. C’est ce que vont découvrir Léo et son papa dans le nouvel album de Phoebe Wahl. Mais finalement entouré de ceux qu’on aime, ne peut-on pas se sentir bien partout ?

Léo et son papa vivent dans une vieille maison bleue dans laquelle ils se sentent bien et quils chérissent plus que tout. Mais voilà, la peinture de cette demeure s’écaille, son toit fuit, le chauffage fait des siennes. Bientôt, tout autour deux des immeubles commencent à sortir de terre et le papa de Léo reçoit une lettre du propriétaire : ils doivent quitter les lieux, la maison va être démolie. Léo et son papa vont avoir bien du mal à accepter cette décision et à quitter leur maison tant aimée. Comment pourraient-ils se sentir chez eux ailleurs ?



La maison bleue

La maison bleue
© Les éditions des éléphants, 2021

L'autrice nous raconte le déchirement de quitter un lieu tant aimé, de dire adieu à une maison et à tous les souvenirs qui lui sont rattachés. Les personnages passent par une multitude d’émotions, tout dabord en colère, puis tristes, ils se résignent et acceptent enfin ce nouveau lieu de vie. Mais cette maison bleue sera pour toujours au fond de leur cœur. Même si le sujet nest pas orignal, le récit fonctionne bien et le lecteur se laisse attendrir par le destin de ce petit garçon et de son papa si fusionnels et si touchants. Léo et son papa vont comprendre que, unis tous les deux, ils peuvent tout surmonter et vivre heureux. Lautrice aborde également en fond les notions de précarité et de gentrification.

Les illustrations mêlent différentes techniques : crayon, peinture, collage. Elles transmettent parfaitement lunivers dans lequel évoluent les personnages : un peu précaire, un peu fouillis, un peu artiste. Lexpressivité des personnages est particulièrement bien réussie, les rendant dautant plus attachants.

Même si la trame est classique et l’histoire attendue, le récit reste touchant et très attachant.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants