ZOO

Le songe du corbeau (Juin 2021)

couverture de l'album Le songe du corbeau

Éditeur : Delcourt

Scénario : Alberto M.c., Atelier SentôDessin : Alberto M.c.

Collection : Hors collection

Genres : Polar / Thriller

Prix : 18.95€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Ce récit sur les traumatismes indélébiles laissés par une enfance meurtrie prend la forme d’un conte très sombre par son propos, mais lumineux par ses partis pris graphiques.

Koji reçoit une enveloppe contenant seulement un origami représentant un corbeau. Cela le renvoie une vingtaine d’années en arrière lorsque, enfant, il a découvert le jeune Shin, inanimé, allongé dans la neige. Il l’a alors ramené dans la maison où il vivait avec d’autres enfants, chacun étant lié à un animal dont il devait s’occuper. Et Shin était attaché à un corbeau. Cet étrange personnage qui a marqué Koji serait-il de retour dans sa vie ?


Koji fait face à son passé et ses démons

Koji fait face à son passé et ses démons
© Delcourt


L’art de l’emboîtement


Atelier Sentô (réunion de Cécile Brun et d’Olivier Pichard) signe un conte noir à la construction particulièrement élaborée. Ainsi, les temps et les types de récits ne cessent pas de s’emboîter : le présent conduit au passé, le rêve à la réalité, le fantastique au policier… et vice versa. Cela est tel qu’il est parfois difficile de savoir dans quelle strate du récit nous nous trouvons. Cette indétermination contribue à rendre l’histoire toujours plus touffue et troublante. Cependant, la dimension métaphorique fait progressivement place à une lecture – en partie – littérale qui révèle la nature de ce qu’ont vécu Koji et les autres enfants avec lesquels il a grandi.


Koji fut kidnappé à 10 ans

Koji fut kidnappé à 10 ans
© Delcourt

Par ses différentes caractéristiques, cette bande dessinée qui se déroule au Japon peut évoquer l’univers merveilleux d’Hayao Miyazaki comme les polars cérébraux et fréquemment peuplés de fantômes de cet autre grand cinéaste nippon qu’est Kiyoshi Kurosawa. Quant au dessin de Alberto M. C., il est porteur de délicatesse et de douceur, ses couleurs pastel et aqueuses, comme leur aspect feutré, collant parfaitement à la dimension onirique du récit. Par contraste, cela fait ressortir encore davantage la grande noirceur des événements et du propos.

Article publié dans le Mag ZOO N°82 Juillet-Août 2021

Pour aller plus loin

ZOO 82Le songe du corbeau
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants