ZOO

Les Amants de Shamhat - La véritable histoire de Gilgamesh (Juin 2021)

couverture de l'album Les Amants de Shamhat  - La véritable histoire de Gilgamesh

Éditeur : Futuropolis

Scénario : Charles BerberianDessin : Charles Berberian

Collection : Musée Du Louvre

Genres : Historique

Prix : 20.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Charles Berbérian surprend son lectorat en évoquant la Mésopotamie, cette civilisation perdue. Déesse de la Guerre et de l’Amour, Ishtar est vénérée ici, à Uruk. Favorite au sein du harem de Gilgamesh, Shamhat, remarquable prêtresse, la personnifie.

Plonger ainsi dans l’intimité du couple semblera audacieux. Aucune pudeur n’est de mise lorsque s’expriment les excès d’un souverain au statut divin, égocentrique, impulsif et amoral. Rares sont les protagonistes qui lui font face sans trembler, tel l’éminent Ebih-il, intendant veillant aux intérêts de son maître. Intelligence inventive, qualités d’observation et flagornerie mesurée en font un pivot du microcosme royal. Il n’est donc pas surpris de l’absence de Shamhat, envoyée en quête d’un légendaire animal, réincarnation probable d’une divinité.


L'épopée de Gilgamesh est l'une des oeuvres littéraires les plus anciennes de l'humanité

L'épopée de Gilgamesh est l'une des œuvres littéraires les plus anciennes de l'humanité
© Futuropolis

Lors de son périple en forêt, l’apparition d’un étrange jeune homme, paisible et solitaire, symbolisera aux yeux de la prêtresse, l’objet de sa quête. Elle entreprendra alors d’apprivoiser « l’enfant sauvage », l’éveillant à la civilisation par sa science de l’amour. De retour au palais, Shamhat le présente à Gilgamesh sous le nom de Enkidu. Le reste est légende.

Les ressorts de la création

L’érotisme est largement présent dans ce conte poétique. Inspiré par l’épopée de Gilgamesh, mythe traversant les âges, il surprend, mais se justifie par une mythologie fragmentaire et les reliques conservées au Louvre. En postface, Charles Berbérian, né quelques milliers d’années plus tard en ces terres d’Irak, évoque les facteurs intimes déclencheurs de l’écriture de cette belle œuvre personnelle douce amère. Que reste-t-il des jardins de Babylone ?

Article publié dans le Mag ZOO N°82 Juillet-Août 2021

Pour aller plus loin

ZOO 82
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants