ZOO

Lucky Boy - Coquin de sort (Juin 2021)

couverture de l'album Lucky Boy  - Coquin de sort

Éditeur : Ankama

Scénario : Bill PresingDessin : Bill Presing

Genres : Humour

Prix : 14.90€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

4.0

Dessin

5.0

Quelque part dans le futur, vers 3100 environ, sept belles étudiantes en science ont survécu, isolées, à l’apocalypse, ainsi qu’un vieil homme qui ne cesse de les entreprendre. Ils sont persuadés être les seuls survivants. Soudain, un jeune garçon, sauvé in extremis de la noyade, vient rejoindre cette communauté…

Dans le contexte actuel, qui surmoralise à outrance la moindre œuvre qui présente une image trop caricaturale de la femme, voir arriver un album comme celui-là, frais et complètement décomplexé, qui se joue des clichés, c’est agréable. L’auteur se fait plaisir et c’est très communicatif!


Et si post-apocalyptique rimait avec sexy ?

Et si post-apocalyptique rimait avec sexy ?
© Ankama

Dès les premières pages, nous découvrons un monde post-apocalyptique où la nature a repris ses droits, laissant se développer de nouvelles races d’animaux, de plantes. L’histoire assume très clairement son côté joliment sexy, un brin décérébré, avec des héroïnes «scientifiques» ultra mignonnes qui accumulent les poses langoureuses et autres gros plans bikinis. Malgré tout, on se rend vite compte que l'auteur use de ces poncifs pour accentuer certains aspects plus loufoques de son intrigue, comme ce vieux pervers qui passe son temps à observer les filles avec ses jumelles. Le scénario reste assez léger dans ses intentions. Le cadre n'est qu'un prétexte pour nous faire glisser dans une succession de scènes pleines d’humour, qui s’accélèrent avec l’arrivée de Lucky, ce gamin sauvé des eaux, qui va venir perturber ce petit monde. D’une part, parce qu’il devient ainsi le rival du vieillard, ensuite parce qu’il présente soudain, pour les filles, la possibilité de pouvoir enfin «perpétuer» l’espèce humaine…


Le vieil homme pense être le dernier sur la terre

Le vieil homme pense être le dernier sur terre
© Ankama

Toutefois, l'intrigue a aussi tendance à ne pas aller beaucoup plus loin, même si l’on reste captivé du début à la fin par ces multiples scénettes, par ces ambiances sensuelles qui se déploient devant nos yeux. On aimerait quand même en voir plus, que l’auteur développe davantage ses idées, qu’il y ait moins de questions sans réponses!

En contrepartie, la véritable grande surprise est bien plus graphique. Le dessin de Bill Presing lorgne vers le cartoon, entre Bruce Timm et Enrique Fernandez, avec une touche nettement plus sexy. Et c’est une vraie réussite, les ambiances colorées, les cadrages, la mise en scène! On ne peut que tomber sous le charme de ce très bel album!

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants