ZOO

Une soeur (Mai 2021)

couverture de l'album Une soeur

Éditeur : Casterman

Scénario : Bastien VivèsDessin : Bastien Vivès

Collection : ALBUMS

Genres : Récit de vie, Roman Graphique

Public : À partir de 16 ans

Prix : 10.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.5

Scénario

5.0

Dessin

3.0

Une sœur, c’est Hélène. Avec sa mère et ses 16 ans, elle débarque dans la maison de vacances où Antoine, 13 ans, et sa famille passent toutes leurs vacances. Le temps d’un été, elle sera celle qui fera pousser les portes de l’adolescence à Antoine. Bastien Vivès rassemble leurs moments volés dans un one-shot aussi doux, cruel et sensuel que les premiers émois.

Antoine passait inlassablement ses vacances à la mer en famille, entre son petit frère avec qui ramasser des crabes et carnet de croquis à remplir. L’arrivée d’Hélène bouscule ses vacances : celle que les autres gamins prendront pour sa sœur sera bien plus que cela. Elle l’embarquera aux premières fêtes, où l’on teste alcool et clopes, et le fera réaliser ses premiers fantasmes...

Le récit de ces fragiles moments suspendus des premières fois dégage une belle lumière dans les nuances de gris de Bastien Vivès. Raconter un été d’adolescence où l’on découvre pêle-mêle la danse, le sexe et la déception peut vite verser dans la nostalgie ou la niaiserie. Ecueils évités par cette BD qui colle au point de vue d’Antoine sans complaisance. Le récit de son premier flirt n’occulte ni la pornographie qu’on se montre pour se prouver qu’on est grand ou les moments de solitude dans un groupe.

Le trait jeté n’est pas prude mais choisit ce qu’il montre. On y retrouve les habitudes de Bastien Vivès, dont les yeux souvent absents, les poitrines démesurées ou les décors qui s’effacent. Evitant les grands effets, le cadrage laisse beaucoup de place au blanc et aux aplats de noir pour un récit sur le fil.

Alors que le thème de l’amour de vacances semblait usé jusqu’à la corde, le regard à la fois intemporel et résolument moderne que porte Bastien Vivès prouve qu’il y a encore 1001 étés à raconter.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants