ZOO

Les amours de Zeus - La jalousie d'Héra, et autres histoires amusantes (Juin 2021)

couverture de l'album Les amours de Zeus  - La jalousie d'Héra, et autres histoires amusantes

Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Jean Boutan, Soledad Bravi

Genres : Humour

Prix : 14.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Faire découvrir les dessous de la mythologie grecque avec humour et en bande dessinée, c’était le pari des Amours de Zeus de Soledad Bravi, publié en juin 2021 chez Rue de Sèvres. Une proposition sans doute plus alléchante que ce qu’elle n’est réussie.

Figure tutélaire du panthéon grec, le dieu Zeus se voit attribuer une vie sexuelle intense et violente. Peu disposé à ce qu’on lui refuse celle qu’il désire, il trompe, viole, procrée, sous les yeux de ses différentes femmes successives dont la très jalouse Héra qui ne manque jamais de punir lesdites femmes et leur descendance.

Un livre pour ceux qui ne lisent pas de bande dessinée

Le 9e art peut prendre des formes très différentes, c’est ce qui en fait sa richesse. Depuis son « créateur » Rodolphe Topffer et ses « histoires en estampes », de nombreuses variations ont été proposées. Et c’est du côté de cet héritage-là qu’il faut aller chercher ce dernier ouvrage de Soledad Bravi. Chaque chapitre est composé de vignettes associant un court texte et un dessin. Pas tout à fait comic-strip, pas tout à fait Bande Dessinée, ce traitement hybride ne devrait guère satisfaire les lecteurs les plus rigoristes.



C’est cette forme, associée au sujet proposé, qui fait des Amours de Zeus un ouvrage susceptible de toucher bien au-delà de la sphère BD. C’est un ouvrage que l’on offrira plus volontiers à des amateurs d’anecdotes historiques ou de mythologie grecque. Ce qui fait sens chez Rue de Sèvres, un éditeur à la croisée des genres littéraires. Ici, on est avant tout sur un ouvrage de vulgarisation historique, servi par le dessin universel de l’autrice. Un trait capable de parler à un trait large public par son économie de détail captant l’essence de la réalité.

Mais une proposition de fond sommes toute imparfaite

Un titre, c’est important. Il est censé incarner l’ensemble de la proposition de l’œuvre. « Les amours de Zeus », donc. Mais titre complété par un sous-titre : « la jalousie d’Héra et autres histoires amusantes ». On nous promet donc un livre qui va faire la part belle au duo Zeus-Héra, figures symboliques mettant en lumière l’ancienneté des sociétés patriarcales. Et pour une bonne part, c’est ce qui nous est offert même si la lecture plus politique est à faire par le lecteur.



Soledad Bravi ne donne pas de leçon, elle donne à voir. Mais quelques histoires, comme celles de Thésée ou de Narcisse, n’ont plus rien à voir avec le couple divin. On entend l’amour pour les mythes grecs de l’autrice, ils sont partagés. Mais une proposition de couverture moins axée sur Zeus lui-même et plus généraliste sur les mythes eux-mêmes, n’aurait pas desservi l’album.

Une lecture à mettre entre de nombreuses mains donc, un album à offrir à celles et ceux qui aiment picorer des histoires, apprendre des anecdotes tout en souriant. Et offrir un joli travail de vulgarisation scientifique, c’est déjà une belle réussite.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants