ZOO

Marathon (Juin 2021)

couverture de l'album Marathon

Éditeur : Dargaud

Scénario : Nicolas DebonDessin : Nicolas Debon

Genres : Historique

Prix : 19.99€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Avant de suivre les Jeux Olympiques de Tokyo cet été, retour en 1928 sur ceux d’Amsterdam et notamment le marathon, avec une performance française extraordinaire contée par Nicolas Debon.

Les archives des Jeux Olympiques regorgent de destins incroyables, de performances hors du commun et de scandales retentissants. Du pain béni pour les scénaristes.

L'histoire d'un ouvrier qui déjoue tout les pronostics

L'histoire d'un ouvrier qui déjoue tout les pronostics © Dargaud

Pour réaliser Marathon, Nicolas Debon – habitué des récits sportifs (L’Invention du vide, Le Tour des géants) – a exhumé la prouesse d’un athlète français pendant les JO d’été d’Amsterdam en 1928. Cette année-là l’épreuve reine de la compétition, le marathon, est remportée par Ahmed Boughéra El Ouafi. Pourtant, face à l’armada finlandaise ou japonaise, les autres nations partent outsiders. Mais El Ouafi n’est pas un inconnu. 7e aux derniers JO de Paris en 1924, champion de France en 1924 et 1928, il peut prétendre à un accessit.

Sa nette victoire est une réelle surprise. Surtout, il est le premier athlète africain indigène à décrocher une médaille olympique, qui plus est en or. La précision est de taille dans une France qui n’a que peu de considération pour les natifs de son empire colonial.

Le rêve de JO

Le rêve de JO © Dargaud

Du sport et de la politique

À travers son narrateur principal qui est journaliste sportif, Nicolas Debon traduit bien le paternalisme de l’époque. El Ouafi, 29 ans, est considéré comme un jeune adolescent, dont le potentiel n’a d’égal que sa (supposée) nonchalance naturelle. L’album relate l’intégralité de la course de manière très documentée et originale puisqu’il vagabonde peu dans la tête des coureurs. C’est surtout le point de vue des suiveurs qui est mis en avant, témoignant ainsi de la mentalité d’une époque autant que des stratégies de course. Au fil de la remontée fantastique d’Ahmed, Nicolas Debon imagine les pensées qui traversent l’esprit du champion lors de cet effort insensé. Des images de sa région natale et des considérations sur son statut d’indigène donnent une autre ampleur dans un récit, que le dessin charbonneux dans un camaïeu de teintes brique magnifie. Cette ode à la beauté du sport qui n’oublie pas d’être politique, est un beau moment de lecture.

Article publié dans le Mag ZOO N°82 Mai-Juin 2021

Pour aller plus loin

MarathonZOO 82
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants

Commentaires et critiques (1)

note de la critique de batou

Bel album que l'on lit simplement comme l'on suit une course.
Le côté historique est bien expliqué.

Posté le 10/07/2021 à 11h56