ZOO

Esma (Mai 2021)

couverture de l'album Esma

Éditeur : Sarbacane

Scénario : Iwan LepingleDessin : Iwan Lepingle

Genres : Polar / Thriller

Prix : 22.50€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

3.5

Un « page turner » addictif, à la narration très bien conçue. Le rythme de ce thriller, combiné aux relations pas simples entre les deux héroïnes, nous happe et ne nous lâche plus jusqu’à la fin de l’album.

Audrey, Esma et Youssef travaillent près de Genève dans un parc constitué de villas pour gens très fortunés. Tailler les haies, entretenir le jardin, l’intérieur, faire la cuisine à n’importe quelle heure du jour et de la nuit quand les riches propriétaires sont là... Voilà le quotidien de ces jeunes gens. Mais on assassine un soir Siham, la star de téléréalité employeuse d’Asma. Cette dernière ne voit que les baskets du tueur, et s’enfuit, terrorisée, découvrant au passage le corps sans vie de Youssef.

Audrey va cacher son amie dans une villa déserte du parc. Esma ne veut pas se confier à la police, car elle est Turque et sans papiers. Siham avait confisqué son passeport. Pour comprendre ces meurtres, Audrey va mener son enquête sur le riche milieu que fréquentait la défunte. Un monde qui cache des secrets. Esma ne simplifie pas les choses en voulant vivre sa vie malgré le danger, et débute même une liaison avec un homme, au grand dam d’Audrey.



Esma

Esma
© Sarbacane, éditions 2021

Le dessin est simple, semi-réaliste, assez « ligne claire ». Il vise à l’efficacité et remplit bien son office. Les décors sont soignés, montrant qu’Iwan Lépingle soigne suffisamment ses effets pour nous faire entrer dans son univers. Mais là où il excelle tout particulièrement, c’est le découpage, la narration. Et sa capacité à traduire ce sentiment d’urgence. On se sent pris dans le maelström dans lequel Audrey et Esma se débattent. Le choix pour la mise en couleur de teintes bleutées enveloppe d’une nuit inquiétante l’histoire, soulignant le sentiment d’angoisse des héroïnes.

Esma est au centre de ce récit autant qu’Audrey. Mais Esma donne son prénom au titre de l’album, car c’est elle qui est recherchée par le tueur et qui est l’objet de l’attention d’Audrey.

Dès les premières pages, le lecteur est happé par ce récit aux allures de « thriller, mais pas que ». Pas de temps mort pendant les 150 pages du livre, jusqu’à un final tout à fait réussi.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants