ZOO

Les Gueules noires (Juin 2021)

couverture de l'album Les Gueules noires

Éditeur : Editions Casa

Scénario : Jack Domon, Gilles ZampanoColoriste : Aintzane Landa

Prix : 12.50€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 3.0

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Tandis que les armadas du football européen parcourent le continent à la conquête de la coupe d’Europe, les éditions Casa proposent un one-shot qui ravira les amateurs de foot autant que les lecteurs de bd franco-belge classique. Signé Zampano et Jack Domon, Gueules noires vient rappeler que le sport est aussi un immense vecteur de lien social.


Dans le Nord de la France, l’abandon des mines de charbon ont laissé de véritables plaies ouvertes dans les populations locales. Des plaies d’autant plus difficiles à refermer que les installations minières demeuraient à l’abandon, symboles d’une époque passée dont la gloire avait disparu. Alors quand une bande de gamins décide de se réapproprier une cour d’usine pour en faire le terrain de foot de leur équipe, ils ne savent pas qu’ils vont jouer avec bien plus qu’un ballon de cuir.


Au Nord, c’était les Corons du Stade Bollaert


Alors certes, on va associer une fois encore le Nord et les mines. Comme quoi, le sujet n’a réellement pas fini de marquer la région et ses auteurs. Mais ce qu’il y a de rassurant c’est que par là-même, ce sont surtout des valeurs perdues qui sont remises en avant.
Loin du football business et de ses stars milliardaires, Zampano revient au plus près du terrain. Dans l’herbe mal coupée, celle des sportifs amateurs qui viennent conquérir un petit emplacement pour parvenir à assouvir leur passion du jeu et du sport.


Si le foot est un terrain d’affrontement qui se substitue à la guerre (le journal l’Equipe l'a très lourdement rappelé récemment), il est aussi un sport de proximité qui rassemble les gens et structure la face d’une ville. Il n’y a qu’à voir comment Londres est matricée par ses clubs de foot, symboles de communautés historiques différentes liées par un même destin et une même passion.


Zampano nous rappelle que le sport c’est du lien social, c’est du projet qui rassemble et qui fait avancer les gens dans une même direction. Et ça fait du bien.


Un dessinateur réconfortant


Il y a donc une puissante nostalgie à l’œuvre dans ces pages. Et de manière fort à propos, le dessin de Jack Domon répond exactement à cette tonalité. Ce trait classique pour de la bande dessinée franco-belge, répondra parfaitement aux amateurs de bd à l’ancienne. Le trait est maîtrisé, bien fermé. Les aplats de couleurs sont nets. L’artiste est un bon technicien qui sait raconter une histoire.


Et ce faisant, Les gueules noires devient un album transgénérationnel, qui pourra porter son message optimiste et fédérateur à un large public. Ce qui ne fait jamais de mal.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants