ZOO

A la recherche du dimanche perdu (Juin 2021)

couverture de l'album A la recherche du dimanche perdu

Éditeur : Les Aventuriers de l'étrange

Scénario : Iléana Surducan

Prix : 13.90€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Cet album orienté jeunesse est la très bonne surprise de ce premier semestre 2021. Iléana Surducan s’inspire d’un conte des frères Grimm « Dame Hiver » et nous propose une version extrêmement moderne et enthousiasmante. Suivons la jeune Nina et ses aventures pleines de peps !

Du lundi au vendredi, Nina se met invariablement en quatre pour aider les villageois. Qu’ils soient cuisinier, jardinière, horloger ou même réparatrice d’objets perdus, tous peuvent compter sur elle pour les rejoindre. Cependant voilà, depuis qu’il a été enlevé par la sorcière de l’Hiver, il n’y a plus de dimanche dans la semaine pour récupérer ou simplement de ne plus penser à ces semaines ou tout recommence. Lasse, la jeune fille décide alors d'aller rechercher le jour manquant, dans le domaine de celle qui le retient prisonnier, au fond du puit…



La jeune Nina est l'héroïne de cet album

La jeune Nina est l'héroïne de cet album
© Les aventuriers de l'étrange




Autant le réaffirmer tout de suite, vous ne pouvez pas passer à côté de cet album !
Cette recherche du dimanche perdu est certes un vrai régal pour les yeux, avec beaucoup d’originalité dans les mises en page, dans l’agencement des cases, sans pour autant sacrifier à la lisibilité. Toutefois l'esprit, n’est pas en reste, car cette savoureuse adaptation réinvente avec habileté ce vieux conte des frères Grimm en gommant sciemment le matériel trop archétypal, comme la marâtre et ses deux filles capricieuses. L’héroïne est altruiste, elle aide généreusement son prochain, tout en évitant de rêver au prince charmant, souhaitant simplement qu'un jour elle aura assez de temps libre pour profiter des beautés du monde qui l'entoure !
On n’est donc plus réellement dans le même modèle thématique du récit initial. Il ne s’agit plus ici de dépeindre un cliché de conte de fée qui perpétue l’image d’une jeune fille sans ambition qui rêve d’obéir à son prince. Ici, Nina est enjouée et indépendante, mais surtout elle déborde d’un positivisme très communicatif.
Et si la morale reste particulièrement transparente, elle bénéficie d’une écriture vive et rafraîchissante qui nous entraîne d'un bout à l'autre de ce récit plein de rebondissements, dans une succession de pages devant lesquelles on s'arrête régulièrement, subjugué par les trouvailles formelles, par ces jeux de teintes, avec ces cases qui prennent la forme de loup tordus, par ces constructions narratives… Une vraie leçon de bande dessinée très inspirée ! Ileana Surducan ne sacrifie pas pour autant la lisibilité, elle équilibre parfaitement cette énergie débordante pour nous offrir un album qui surprend par son ingéniosité assez douce, mais qui fait avant tout plaisir à lire !

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants