ZOO

La petite voleuse de la Tour Eiffel

couverture de l'album La petite voleuse de la Tour Eiffel

Éditeur : Bamboo

Scénario : Jack Manini, David Ratte, PercheColoriste : Mateo Ratte

Collection : Grand Angle

Genres : Historique

Prix : 15.90€

  • ZOO
    note Zoo4.0

    Scénario

    4.0

    Dessin

    4.0
  • Lecteurs
    note lecteurs
    0 critique

La critique ZOO sur l'album La petite voleuse de la Tour Eiffel

Une histoire surprenante qui prend les sentiers de traverse pour nous narrer un scandale de la 3ème République au travers de la relation pas simple de prime abord entre une jolie voleuse et un policier scrupuleux. Pari réussi.

En 1904, un mystérieux pickpocket sévit aux abords de la tour Eiffel. La sagacité de la police est mise à mal. L’inspecteur Jules Dormoy est chargé de l’enquête. Il va rapidement croiser la route d’une jolie voleuse, Juliette, qui le prend pour un autre. On comprend vite qu’il ne s’agit pas d’une voleuse ordinaire et que l’explication de ses actes se trouve dans son passé. Un de ses vols a des conséquences inattendues : des fiches sur des militaires détaillant leurs points faibles, objet d’un scandale potentiel qui pourrait faire chuter la 3ème République. Différents intérêts (y compris allemands) se mettent en branle pour mettre la main sur lesdites fiches.



La Petite Voleuse de la Tour Eiffel - Tome 1

La Petite Voleuse de la Tour Eiffel - Tome 1
© Grand angle, éditions 2022

Au début du récit, on se demande où les scénaristes Jack Manini et Hervé Richez veulent nous mener, au-delà du fait-divers des vols à répétition, parfois décrits avec humour. Trois des victimes sont d’ailleurs des policiers qui ont des faux-airs de Dupondt. Puis on s’intéresse à la vie pas simple de la jeune voleuse, à ce qu’elle fait de l’argent dérobé, à son organisation entre sa mansarde et sa cache secrète, à son passé et à ses interactions avec l’inspecteur Dormoy qui, bien qu’homme de devoir, tombe visiblement sous son charme. L’intrigue parallèle concernant les fiches dérobées (le scandale associé à ces fiches est un fait réel) donne une saveur historique et apporte un peu de complexité bienvenue à la toile de fond.

Au dessin, David Ratte use de son trait fin et semi-réaliste pour à la fois nous dépayser avec ce Paris du début du XXème siècle, nous charmer avec la touchante et élégante (quand elle n’est pas déguisée) Juliette, et nous faire sourire avec les trognes de certains seconds rôles.

Cette histoire s’inscrit dans une série de récits complets (le précédent est Le canonnier de la tour Eiffel) et nous donne envie de prêter attention au prochain titre à paraître, en espérant qu’il soit aussi plaisant.


L'actualité autour de l'album La petite voleuse de la Tour Eiffel

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants