ZOO

Le club des inadapté-e-s (Septembre 2021)

couverture de l'album Le club des inadapté-e-s

Éditeur : Rue de Sèvres

Scénario : Cati Baur, Martin PageColoriste : Christophe Bouchard

Genres : Aventure

Public : De 3 à 15 ans

Prix : 14.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Martin et ses potes sont des enfants comme les autres. Pourtant, dans leur collège, ils sont à part et se considèrent comme des inadaptés. Au fil d'une bande dessinée aboutie qui fleure bon l'authenticité, l'autrice suisse Cati Baur adapte avec beaucoup d'humanité et de talent le roman de Martin Page. A mettre entre toutes les mains. Surtout les plus jeunes.

Martin a perdu sa mère il y a trois ans. Depuis, son docteur de père ne travaille quasiment plus. Enfoncé dans sa dépression et malgré son amourette naissante à coups de cœur et de like sur Facebook, le paternel reçoit ses rares patients... en pyjamas. Le fiston, gentil ado aux boucles blondes, est bien entouré : Edwige la génie des maths, Fred le musicien romantico-rockeur et Erwan, le bricoleur de la bande.

Les quatre amis ont l'habitude de se retrouver dans la super cabane qu'ils ont monté de toutes pièces dans la forêt. C'est là qu'ils se ressourcent et survivent aux turpitudes du collège. Car ces jeunes, à part des autres élèves car moins dans la norme, ce qui est plutôt une qualité, se considèrent vraiment comme des inadaptés. C'est d'ailleurs le nom qu'ils donnent à leur club...


Les quatre amis ont l'habitude de se retrouver dans leur cabane

Les quatre amis ont l'habitude de se retrouver dans leur cabane
© Rue de Sèvres, éditions 2021

Après avoir été libraire, « la blonde de l'accueil » comme elle le dit, et assistante d'édition en bande dessinée, la Genevoise Cati Baur n'en est pas à son coup d'essai. Dans l'excellent Vents mauvais, elle déroulait le fil d'un combat anti-éolien. Elle a aussi adapté les Quatre sœurs. Ici, elle se glisse avec talent dans le roman de Martin Page pour donner la parole à ces ados mal dans leur peau. Quoi de plus légitime à cette période troublée de la vie ?

Quelques semaines après la rentrée des classes, ce titre édité par Rue de Sèvres, un éditeur au vrai sens du terme (qui a l'audace de croire en des auteurs et des œuvres et de se mouiller pour eux), tombe à point nommé. Espérons qu'il servira à décomplexer de nombreux collégiens pas super à l'aise dans leurs baskets.

C'est bien raconté, dessiné avec finesse et simplicité. On avance dans le récit goulument, avec gourmandise. Car on a envie de connaître le dénouement de cette histoire de tous les jours. Quatre ados, une cabane, des états d'âme, le fil de la vie. Inadaptés, ces quatre jeunes ne le sont pas le moins du monde. Car une question se pose : la majorité est-elle toujours représentative ?

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants