ZOO

Rencontres (Septembre 2021)

couverture de l'album Rencontres

Prix : 15.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Quel est le point commun entre Le voyageur au-dessus d’une mer de nuage, Wonderwoman et un homme préhistorique appelé Mbak ? Ils sont tous humains. Traversés par des émotions fortes allant de l’amour à la jalousie en passant par la colère et la détresse. Le roman graphique Rencontres de Santiago Bará nous propose une dissection de l’esprit humain à la fois angoissante et esthétique.

Rencontres nous propulse en Ardèche, en 32 021 avant JC, alors que Mbak tente de séduire Grandta qui en aime un autre de toute son âme. Il est question de renoncement, d’amour et de vie spirituelle. Quelques pages plus loin, un bond dans le temps, l’espace et les vies. Kanazawa, 1639, un samurai venge sa famille en massacrant ses ennemis… Deuil, colère, pardon. Autre chapitre, autre plongée, New York, 1996, Batman et Wonderwoman se font face… Dans Rencontres, on échange, se déteste, s’entraide, s’oublie, dans le foisonnement de sentiments dont seuls, nous, humains, nous sommes capables.

Des époques, des lieux, des vies diamétralement opposées, mais toujours un sentiment latent d’angoisse. Les émotions qui tourmentent les Hommes sont mises à nu dans les grands clairs obscurs de Santiago Bará. Notre humanité est représentée toute entière car, malgré nos différences, nous sommes tous traversés des mêmes doutes et passions.


Les émotions qui tourmentent les Hommes sont mises à nu par Santiago Bará

Les émotions qui tourmentent les Hommes sont mises à nu par Santiago Bará
© Bang, éditions 2021

Le scénario de Santiago Bará nous entraine dans un bal virevoltant d’instantanées. Le format long n’enlève rien au sentiment d’urgence que l’on ressent en tournant à toutes vitesse les 216 pages, parcourant les âges et les continents en quelques pages. Les grandes cases, où le dessin au fusain s’épanouie pleinement, sont composées de peu de texte. La lecture est alors rapide, nerveuse et fluide. Le découpage cinématographique des cases est tout à la fois dynamique et contemplatif.

Rencontres propose une réflexion profonde sur notre condition d’être humain. Chaque petite histoire nous rappelle un moment de notre vie ou une scène à laquelle nous avons assisté. L’étrange familiarité des événements est contrariée par le cadre des scènes, généralement à des siècles et des kilomètres de nos propres vies. Pourtant, la familiarité est bien là, dérangeante. Le roman graphique se referme sur des tranches de vie qui ont lieu en 2052, 2084 et 2149, concluant à merveille ce tableau de l’humanité.

Pour aller plus loin

Anecdotes

Rencontres
Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants