ZOO

Jean Gabin - L'homme aux yeux bleus (Novembre 2021)

couverture de l'album Jean Gabin  - L'homme aux yeux bleus

Éditeur : Glénat BD

Scénario : Vincenzo Bizzarri, Noël Simsolo

Genres : Historique

Prix : 25.50€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Faire la biographie d’un monstre sacré du cinéma français n’est pas chose facile. Surtout avec une carrière aussi longue et riche que celle de Jean Gabin. Pari réussi dans cet épais ouvrage, attachant, reflet d’une époque.

1945. Période difficile pour les réalisateurs et les acteurs. Comment rebondir après la guerre ? Surtout que certains d’entre eux sont accusés de collaboration, pour avoir continué de travailler, y compris dans des films financés par la Continental, société de production allemande. Et Jean Gabin a blanchi, comme le fait remarquer un quidam sur la première page.

L’occasion pour Gabin de faire le bilan de sa première partie de carrière. Noël Simsolo nous parle de la prime jeunesse de l’acteur puis nous fait enchaîner les films avec ce "jeune premier" aux yeux bleus. Le scénariste compose avec les pièces du puzzle de la carrière professionnelle et de la vie sentimentale de l’acteur. Les lecteurs ayant à l’esprit uniquement l’homme d’âge mûr de Un singe en hiver découvriront quel séducteur il a été étant jeune ! Et l’accompagner dans ses années d’après-guerre puis dans la force de l’âge est tout aussi intéressant. La destinée d’un acteur, ses convictions, ses doutes, ses combats, ses échecs...



Jean Gabin, l'homme aux yeux bleus

Jean Gabin, l'homme aux yeux bleus
© Glénat, éditions 2021


Le dessin de Vincenzo Bizzarri porte agréablement le propos. Son trait assez ligne clair a bien saisi Gabin (dont sur la couverture, à la fois simple et très expressive) et la plupart des nombreux acteurs et actrices dont il croise la route. Son Lino Ventura est parfois croqué de manière saisissante. Les décors sont travaillés, participant à l’ambiance.

Les codes chromatiques permettent de s’y retrouver dans les flash-backs, les différentes époques. 1945 est bleuté, comme le crépuscule d’un monde. Les années d’avant-guerre sont dans les tons beige. Les séquences pendant la 2nde guerre mondiale sont orangées. L’après-guerre se colore peu à peu.

Au fil des 200 pages, Jean Gabin apparaît comme un homme entier, attachant, même si on a finalement peu le temps de s’appesantir sur tel ou tel épisode de sa vie. Car c’est une vie menée tambour battant qui nous est contée ici !

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants