ZOO

Princesse dragon (Décembre 2021)

couverture de l'album Princesse dragon

Éditeur : Ankama

Scénario : Anthony (tot) Roux

Genres : Fantastique

Public : Tout public

Voir la bande-annonce
ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Réalisé par Tot et Jean-Jacques Denis, produit par Ankama, Princesse Dragon est un film d'animation 100% français à ne pas manquer ! Dans les salles à partir du 15 décembre 2021, profitez des vacances de fin d’année pour découvrir ce superbe conte, étrange cocktail d'influences diverses.

Dragon est comblé de bonheur par sa grotte remplie de pièces d’or. Mais il lui manque quelque chose… Des petits ! La Sorcenouille, drôle de sorcière à tête de grenouille, accepte de l’aider en échange de son second bien le plus précieux. Dragon devient alors l’heureux père de Rock et Zéphir, deux dragonneaux, mais aussi de Poil, petite dernière à l’apparence étrange. A dire vrai, Poil ressemble davantage à une humaine qu’à un dragon ! Si Dragon élève Poil comme ses autres petits, la jeune fille se sent différente. Lorsqu’elle rencontre Princesse, fille du roi, elle la suit partout, fascinée. Elle en oublie l’aversion de son père pour les humains. Lorsque Dragon découvre la nouvelle amie de sa fille, fou de colère, il décide d'offrir Poil à la Sorcenouille pour honorer sa dette. Poil s'enfuit, le cœur brisé. Princesse l’accueille au château de son père, un roi cupide et violent. Poil et Princesse pourront-elles devenir amies malgré la rivalité de leurs pères et sans trahir leurs mondes ?



En 1h14, Princesse dragon nous entraîne par-delà les montagnes et les cours d’eau dans un monde fantastique qui séduira les plus petits comme les plus grands.

Une légère brume enveloppe tous les paysages : de la forêt profonde, à la ville entourée de hauts remparts, en passant par la grotte de Dragon remplie d’or. L’œil doucement bercé par la poésie des tons passés, nous découvrons avec bonheur un univers aux inspirations multiples, entre Gustave Doré et Hayao Miyazaki. L’animation, souvent en 2D, confère un aspect old-school qui se marie parfaitement avec la palette de couleurs pastel. Nous avons l’impression d’avoir déjà vu ce marais quelque part, d’avoir croisé cette ruelle moyenâgeuse auparavant, mais où ? Les textures, des écailles aux poils, des armes aux édredons, sont très réalistes, donnant envie de tendre le bras pour caresser cet autre monde tout en aquarelle.



Le doublage, excellent, rend les personnages d’autant plus attachants. Si la morale est convenue (« l’argent ne fait pas le bonheur »), la manière de la transmettre n'en est pas moins intéressante. Princesse dragon se présente comme un film initiatique, faisant découvrir à l’enfant l'amitié, la recherche de son identité et le monde trop souvent froid des adultes. Les deux petites filles, Princesse et Poil, sont les véritables protagonistes de ce conte, capables de changer le cours d’une guerre comme l’avenir d’un royaume.

Princesse dragon donnera envie aux enfants de se rouler dans la mousse en crachant du feu ou de lire de vieux ouvrages de magie pour briser des normes injustes. Ou un peu des deux, en même temps !



Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants