ZOO

Momiji (Janvier 2022)

couverture de l'album Momiji

Genres : Aventure

Public : Tout public

Prix : 20.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Telles les feuilles mortes d’Yves Montand, les points de victoire se ramassent à la pelle. Enfin, si on en fait une collection intéressante.

emprunte son titre à la culture japonaise. Le terme définit le passage au rouge des feuilles d’érable à l’automne, un symbole important au pays du soleil levant. On ne pouvait choisir meilleur nom pour un jeu où il s’agit de former des collections de feuilles selon des familles choisies pour leurs couleurs, allant du vert tendre au marron.



Momiji

Momiji
© Sylex, éditions 2022


Des règles simples


On dispose une pile de cartes Feuilles constituée de 4 à 6 familles différentes selon le nombre de joueurs, chaque type comportant 14 cartes numérotées de 0 à 3. Vous aurez deviné qu’il y a beaucoup plus de valeurs 0 et 1 que de 2 et 3. En début de partie, on compose un « Jardin » à partir de 4 premières cartes de la pioche, présentées en piles de même famille. Il ne reste plus qu’à jouer en choisissant une action parmi 3 possibles : collecter des cartes du Jardin (on prend simplement une pile disponible), poser des Feuilles dans sa zone de jeu ou activer un jeton Objectif.

La pose des feuilles demande le plus d’optimisation : on ne peut poser que 1 à 2 Feuilles de sa main par tour en les répartissant par ordre croissant en piles d’un même type, chaque pile devant obligatoirement commencer par une valeur «0». Et bien entendu, un joueur ne peut avoir dans sa zone qu’une pile par type de Feuille.



Momiji

Momiji
© Sylex, éditions 2022

Comme on peut s’y attendre, la composition de ces piles détermine les points de victoire en fin de partie : pour chaque famille de Feuilles, on multiplie la valeur la plus haute par le nombre de cartes composant la pile. Il n’est donc pas nécessaire d’essayer de collectionner toutes les familles, une pile composée uniquement d’un 0 ne marquera aucun point. Il y a aussi les objectifs activés, et les jetons glands récupérés durant la partie grâce à l’optimisation dans la pose des cartes de plus faibles valeurs. Bref, Momiji présente quelques subtilités – dont quelques pouvoirs uniques – qui permettent une bonne rejouabilité et une diversité dans les parties.

En bonus : le jeu propose 3 variantes « solo » de plus ou moins grande difficulté, une bien bonne idée.


Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants