ZOO

Toute une vie dans des sacs en plastique (Janvier 2022)

couverture de l'album Toute une vie dans des sacs en plastique

Éditeur : Les Aventuriers de l'étrange

Scénario : Tomas Lagermand LundmeDessin : Rune Ryberg

Prix : 22.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 3.5

Scénario

3.0

Dessin

3.0

Un jeune travailleur du sexe tombe amoureux de son client, un influent homme politique. Un huis-clos tendre et mélancolique qui explore tout à la fois la différence d’âge dans une relation amoureuse, les liaisons cachées d’hommes politiques mariés et les rêves d’un jeune prostitué candide. Avec la publication en France d’une œuvre danoise, les Aventuriers de l’étrange font entrer dans leur catalogue un album marquant.

Sous une pluie battante, Emil part rejoindre un de ses clients à l’Hôtel Royal avec pour seuls bagages trois sacs en plastique. Sans famille, le jeune homme de 18 ans vend son corps pour vivre. Mais l’homme qu’il rejoint ce soir n’est pas comme les autres : il s’appelle Stefan, homme politique marié de 46 ans, et il aime Emil. C’est sûr. En tout cas c’est ce que le jeune homme croit. Et ce soir, sera leur dernier soir cachés dans un hôtel, à l’abri des paparazzis, des rumeurs et des non-dits. Car, Emil veut officialiser sa relation avec Stefan. Quel qu’en soit le prix.

Toute une vie dans des sacs en plastique raconte les espoirs et les rêves d’un jeune travailleur du sexe avec une drôle de mélancolie languissante. Tomas Lagermand Lundme, auteur jeunesse mais aussi, et surtout, d’œuvres LGBTQ+ aborde un sujet très, trop, peu adressé : la prostitution masculine. Mais aussi trop peu dessiné : enfin des nus d’homme normalisés !


Toute une vie dans des sacs en plastique

Toute une vie dans des sacs en plastique
© Les Aventuriers de l'étrange, éditions 2022

La relation entre le jeune escort et son client pose aussi la question des relations amoureuses avec un important écart d’âge et de condition sociale. Les deux amants n’ont pas du tout les mêmes attentes : l’un rêve du grand amour, d’une maison et d’un petit chien ; l’autre, d’escapades sans prise de tête loin de son quotidien stressant.

Le huis-clos est parfaitement maîtrisé bien que le rythme de narration soit un peu lent. Emile est dur à apprivoiser : naïf, pleurnichard, épris irraisonnablement. Cependant, son caractère pathétique et celui de Stefan, loin d’être le grand méchant sans cœur, évitent un manichéisme facile.

Le lien avec la musique tout au long de l’ouvrage permet de belles arabesques du dessin entremêlé des bulles. Le trait de Rune Ryberg est fidèle à lui-même : lascif et volontairement maladroit. L’alchimie entre le scénario et le dessin est incontestable : les ombres crayonnées apportent quelque chose de très insouciant aux décors et visages. Cependant, les aplats de couleurs primaires sans nuance et le manque de détails peuvent laisser sur sa faim. Mention spéciale toutefois aux nombreuses pages où les cases disparaissent pour laisser place à des montages originaux et dynamiques.


Toute une vie dans des sacs en plastique

Toute une vie dans des sacs en plastique
© Les Aventuriers de l'étrange, éditions 2022

Toute une vie dans des sacs en plastique est une belle surprise, un récit fort, illustré avec douceur, et qui vous fera découvrir toute une histoire d'amour dans un écrin en papier.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants