ZOO

Carnets de Campagne (Mai 2022)

couverture de l'album Carnets de Campagne

Éditeur : Dargaud

Scénario : Kokopello, Morgan Navarro, Mathieu Sapin

Prix : 22.50€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

La critique ZOO

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

3.0

La BD-reportage nous raconte à 12 mains la campagne présidentielle de 9 candidats. Soulever le couvercle des marmites nous permet de comprendre l’envers du décor, et c’est souvent drôle. Et très intéressant. Bonne dégustation !

Mathieu Sapin creuse le sillon de la campagne présidentielle en BD, mi-reportage, mi-humour (il suffit souvent de rapporter ce qui se dit dans l’entourage d’un candidat pour que ce soit drôle). Cela fonctionne, et il faut bien avouer que le résultat est plus intéressant que la campagne elle-même. Ils sont 6, dessinateurs (Kokopello, Morgan Navarro, Lara, Mathieu Sapin) et dessinatrices (Dorothée de Monfreid, Louison), à couvrir les campagnes de 9 candidats. Certains ont déjà fait des albums de BD sur ce thème, pour d’autres, c’est une première.

Le récit suit une chronologie globale qui nous fait passer parfois abruptement d’un candidat à l’autre. Il faut être attentif, car les équipes des candidats sont toutes investies et stressées, leurs éléments de langage en partie similaires, et les styles de dessin (de presse) pas si typés que ça même si chaque auteur a sa patte. Mais le plus important est le regard humain et non dénué de malice que portent les auteurs sur les équipes et militants des candidats, sur les journalistes qui les suivent.

Carnets de campagne

Carnets de campagne
© Dargaud, 2022

En fait, les héros de ce livre ne sont pas les candidats, que l’on voit finalement assez peu malgré les efforts déployés par les dessinateurs pour les rencontrer. Et rares sont les moments où nos chers politiques fendent la cuirasse. Les vrais héros sont les dessinateurs eux-mêmes, nous partageant leurs états d’âme, leurs trucs et astuces pour être au bon endroit au bon moment, leurs interactions, la réaction de leur famille sur ce projet, etc.

On ne peut pas accuser les auteurs de complaisance vis-à-vis des candidats. Mais la politique en sort-elle gagnante ? Si Carnets de campagne amène les lecteurs (également électeurs) à ne pas voter, pas sûr que la démocratie en sorte gagnante... Comme le dit le délégué général LRM à Mathieu Sapin en début d’ouvrage : il faudrait qu’un dessinateur suive l’abstention. L’occasion d’un prochain livre, Mathieu ?

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants