ZOO

La porte de l'univers (Mai 2022)

couverture de l'album La porte de l'univers

Éditeur : Fluide Glacial

Scénario : Daniel GoossensDessin : Daniel Goossens

Genres : Humour

Prix : 18.90€

ma collection
mes souhaits

Raymond Cognard contre la connerie !

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Cela fait 45 ans que Daniel Goossens a débuté dans le mensuel d’humour Fluide Glacial. Après quelques années d’absence, il nous présente enfin un nouvel album.

Repéré par Gotlib après quelques pages publiées dans le mensuel Pilote, Goossens est rapidement devenu un des piliers du célèbre magazine d’humour dessiné. Il a revisité à sa façon la vie d’Einstein et de Jésus et a passé du temps à étudier les bébés et les affres de la création littéraire, grâce à sa longue série des Georges et Louis romanciers.

Récompensé par un grand Prix du FIBD d’Angoulême dès 1987, Goossens est suivi de près par ses collègues auteurs, sans vraiment rencontrer de véritable succès commercial. Une injustice ?

Disons-le tout net, ses histoires sont plus exigeantes que la lecture des récits de Margerin, Edika ou Binet, pour ne citer que trois auteurs importants en termes de ventes chez Fluide Glacial. En fait, Goossens est un excellent dessinateur réaliste qui s’amuse à triturer avec un humour très personnel des thèmes « sérieux » (le génie, les contes de fées, etc).

Absurde et dérision sont les règles !

Dans cet album très attendu, il s’attaque au thème du comique vieillissant. Robert a connu son heure de gloire, notamment avec son sketch hilarant où il dansait en tutu et en patins à roulettes, les mollets poilus. Le témoignage d’une autre époque ! Aujourd’hui, les standards de l’humour ont changé, on ne badine plus avec les histoires grasses d’Africains bien montés, comme il l’apprendra lors de sa participation malheureuse au Salon du Rire, endroit où les humoristes de la Nouvelle Vague viennent tester leurs derniers gags.

La porte de l'univers

La porte de l'univers © Fluide Glacial, 2022

La soixantaine passée, Robert connaît la crise de l’inspiration. Il perd son emploi d’amuseur, puis sa compagne. Après avoir affronté des procès intentés par les ligues de vertu (un de ses gags avec une punaise plantée sur une chaise est mal passé), il va tenter de rebondir, allant jusqu’à rencontrer Dieu pour trouver des réponses à ses questions. Daniel Goosssens a le chic pour mettre en scène ces sexagénaires arrogants ou râleurs, les expressions sont particulièrement riches, et l’humour des situations emballe le tout. L’auteur explique sa démarche dans une postface.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants