ZOO

Toutes les morts de Laila Starr (Mai 2022)

couverture de l'album Toutes les morts de Laila Starr

Éditeur : Urban Comics

Scénario : Felipe Andrade, Ram V

Collection : Urban Indies

Prix : 19.00€

ma collection
mes souhaits

La critique ZOO

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Laila nous touche par son récit acéré et doux sur le jeu de la vie et de la mort, au travers de l’histoire de ses rencontres avec Darius, qu’elle ne se résout pas à tuer. Un festival d’émotions graphiques dans lequel les mots ne sont pas en reste.

Disons-le tout net, Toutes les morts de Laila Starr est une totale réussite. La qualité du dessin, le style, les couleurs, l’originalité, le scénario, la construction... on a du mal à trouver une dimension sur laquelle ce récit ne serait pas un point saillant.

Avant de devenir une jeune femme indienne en apparence comme les autres, Laila Starr était La Mort. Elle est venue sur Terre pour éliminer Darius, futur inventeur de l’immortalité. Darius est un bébé. Un petit garçon. Un ado. Un adulte... Chaque rencontre avec Darius se solde par la mort de Laila, sans qu’il en soit responsable. Le dieu de la vie fait à chaque fois revivre Laila mais un grain de sable s’est immiscé dans le plan de celle-ci : l’humanité qu’elle porte en elle depuis son incarnation, une humanité qui germe et la transforme peu à peu.

Le dessin de Filipe Andrade, Portugais travaillant également pour Marvel Comics, est virtuose, stylé, partant dans différentes directions selon les besoins de la cause qu’il sert. La couverture, déjà, est marquante : la posture lascive de Laila, représentée ici avec 6 bras comme quand elle était au royaume des dieux. Et le choix des coloris est en phase avec l’histoire, esthétique, avec sa part d’audace. N’oublions pas que le récit se passe en Inde, pays de mille couleurs. Contempler chaque page est un enchantement visuel.

Toutes les morts de Laila Star

Toutes les morts de Laila Star
© Urban Indies

Ram V est indien et scénarise aussi bien des romans graphiques que des comics (Batman...). Sans être excessivement ambitieux, son message sur ce qu’il y a de bon en l’Homme fait mouche. Appréciable à l’heure où on ne retient trop souvent que la part d’ombre de l’humanité. En filigrane : la mort, que nous rejetons au quotidien, donne à la vie sa saveur, nous incite à l’action. Et de l’action, nous en trouvons (mais pas que) dans ce récit au rythme enlevé, bien dosé.

Quand on a fini la lecture, on la reprend, plus posément, pour savourer encore les mots et les images. Bravo.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants