ZOO

Glace (Juin 2022)

couverture de l'album Glace

Éditeur : Presque Lune

Collection : Lune Froide

Prix : 22.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

Parfum caramel au sel

Note ZOO 4.0

Scénario

4.0

Dessin

4.0

Howard vend des glaces, il a son coin attitré, sa clientèle et ses habitudes. Il se lève à 7h, fait des mots croisés à 9h, puis rejoint son ami Jasper à 11h. Mais son train-train est menacé par la concurrence d’un demi-frère un peu trop agressif…

Sous ses aspects monotones, le quotidien de Howard se révèle vite comme le reflet de toute une vie à rester en retrait, à se rassurer. Il a repris le boulot de son père, dans le même quartier. Chaque jour, il répète les mêmes gestes avec une légère stimulation intellectuelle tandis qu’il essaie, avec son ami Jasper, de résoudre les énigmes cruciverbistes de la journée, en souriant devant ce satané mystérieux 19 vertical ! Howard n’est pas un gars très compliqué, il veut juste pouvoir continuer d’apprécier simplement tout ça. Mais sur sa route se dresse Tony et son envie de son territoire. Petit à petit, le disque se raie et Howard ne sait plus quoi faire.

Glace

Glace
© Presque Lune, 2022

Au rythme des chapitres, Matthew Dooley présente un personnage qui se redéfinit progressivement. Il se trompe, perd parfois pied et même s’il semble avoir du mal à s’extraire de ce quotidien confortable, il en comprend les limites apathiques et la fragilité qui en résulte. L’écriture est assez juste. Elle s’attarde sur les détails à travers plusieurs « tableaux » qui présentent chaque protagoniste. La mise en pages évoque quant à elle parfois Chris Ware, dans la multiplication des cases, et toute l’école indé américaine dans cette volonté de dépeindre l’intensité de la banalité, tout en la transcendant.

Le dessin est très agréable, la dynamique du récit très douce, on tombe sous le charme de ces personnages qui nous ressemblent, avec leurs particularités. Une belle surprise !

Article publié dans le Mag ZOO N°87 Mai-Juin 2022

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants