ZOO

Rorschach (Juin 2022)

couverture de l'album Rorschach

Éditeur : Urban Comics

Scénario : Tom King, Terreur GraphiqueDessin : Collectif, Jorge Fornés

Collection : DC Black Label

Prix : 29.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

Un papillon, un chien ou un couple qui s'enlace ?

Note ZOO 5.0

Scénario

5.0

Dessin

5.0

Un soir de campagne présidentielle, deux inconnus, une femme et un homme qui porte le masque de Rorschach, sont abattus alors qu’ils préparaient un attentat. Qui étaient-ils, quelles étaient leurs motivations ?

Si les précédentes exploitations de la franchise Watchmen pouvaient laisser craindre le pire concernant ce projet autour de Rorschach, il faut bien admettre que l’éditeur a été bien avisé de confier le scénario à Tom King qui développe depuis quelque temps une écriture en marge des grands courants, atypique et plutôt intelligente. Et il s’en sort extrêmement bien avec ce savoureux polar lent et digressif !

Trente ans se sont déroulés depuis les évènements qui ont conclu la maxi-série de Moore et Gibbons. Toutefois, l’intention de King n’est pas de proposer une séquelle ni même d’utiliser simplement Rorschach, mais bel et bien d’inscrire son intrigue dans la cohérence de cet univers, dans sa continuité ! Sous le prétexte d’une enquête, le scénariste brosse le portrait d’une société profondément marquée par les derniers évènements de Watchmen, qui a perdu ses repères et qui se réfugie dans une vision inquiète et anxiogène du monde qui l’entoure.

Rorschach

Rorschach
© Urban Comics, 2022

Bonnie & Clyde post-apocalyptiques

Ils sont donc deux laissés pour compte manipulés par des forces qui les dépassent.

Il s’appelle Wil, c’est un vieux dessinateur de comics, isolé du monde, derrière lequel se devine le spectre de Steve Ditko. Il faut savoir que Rorschach a initialement été conçu sur le modèle de The Question, un autre héros radical de Ditko, le parallèle avec Wil et ses idées est plus qu’évident.

De son côté, elle s’appelle Laura, elle a été élevée par un père fanatique qui lui a appris, dès son plus jeune âge, à ne rien attendre de
personne, à ne compter que sur elle-même.

Ils se rencontrent et se découvrent une vision commune. Petit à petit, on se laisse porter par leurs premiers échanges, leur complicité. On devine vite, malgré tout, que la mécanique complotiste qui les engloutit au fur et à mesure est bien plus vaste, qu’ils ne sont finalement que des pions.

Le scénario est très profond et dense et le dessin joue la carte du minimaliste esthétique avec brio. L’écriture est soignée, certaines séquences s’étirent, digressent, et même si on peut parfois en oublier le fond au profit de la forme, on passe un très bon moment, très immersif, qui fait réfléchir ! À lire absolument.

Pour aller plus loin

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants