ZOO

Derrière le rideau (Septembre 2022)

couverture de l'album Derrière le rideau

Éditeur : Steinkis

Scénario : Xavier Bétaucourt, Aleksi Cavaillez

Prix : 20.00€

ma collection
mes souhaits
mes lectures

Yves et Simone ouvrent les yeux

Note ZOO 5.0

Scénario

4.0

Dessin

5.0

La tournée d’Yves Montand dans les pays de l’Est en 1956 marque un tournant dans l’engagement politique de son couple avec Simone Signoret. Derrière le rideau en décrit les coulisses.

Il fut un temps où les chanteurs engagés avaient maille à partir avec ceux qu’ils exaspéraient. Dans les années 1950, Yves Montand voit certains de ses concerts menacés par des groupuscules d’extrême droite. Le couple qu’il forme avec Simone Signoret depuis 1949 est de tous les combats menés par les communistes français. Mais en 1956, l’entrée des chars soviétiques à Budapest pour mater l’insurrection hongroise marque une première remise en question dans l’esprit de beaucoup de militants. L’URSS serait-elle différente de ce qu’elle prétend? Montand hésite à honorer son tour de chant prévu dans les pays de l’Est. Signoret veut l’annuler. Finalement, ils y vont pour se rendre compte par eux-mêmes de la situation. Cette tournée est la toile de fond de Derrière le rideau, une visite soigneusement organisée par les autorités pour que leurs hôtes occidentaux ne voient que ce qu’on veut bien leur montrer.

Le masque tombe

Le titre de cet album désigne à la fois ce qui se passe derrière le rideau de fer et derrière le rideau des scènes où se produit Montand. Il décrit avec une grande finesse la volte-face de certains intellectuels français au sujet de l’URSS.

Derrière le rideau

Derrière le rideau
© Steinkis, 2022

L’expérience du couple Montand-Signoret dans les pays de l’Est a valeur de symbole. Le couple est ébranlé par les répressions successives de l’URSS envers ses pays satellites, avec comme point d’orgue Budapest. Derrière le rideau insiste sur l’attitude de Simone et Yves pendant la tournée : ils n’hésitent pas à mettre les pieds dans le plat, à poser les questions qui fâchent, même aux plus hautes instances, comme Khrouchtchev et le soviet suprême, avec qui ils dînent à Moscou.

L’aveuglement n’a plus cours, la misère, les inégalités et l’État policier leur brûlent les yeux. Le masque tombe, l’URSS n’est plus un modèle. Derrière le rideau décrit ce moment avec beaucoup d’intelligence.

Haut de page

Commentez et critiquez

1200 caractères restants